Une comédie tchèque entre dans la course aux Oscars

r_2100x1400_radio_praha.png

Le film tchèque "On doit s'entraider" a été nominé aux Oscars dans la catégorie du meilleur film étranger. Vaclav Richter.

L'Académie américaine a donné une grande satisfaction au réalisateur du film, Jan Hrebejk, et a confirmé sa réputation d'un des meilleurs cinéastes tchèques de l'actualité. Dans son pays, Jan Hrebejk doit sa popularité au succès de son film précédent, "Les tendres foyers", qui a fait revivre l'atmosphère des années soixante en Tchécoslovaquie communiste. Avec "On doit s'entraider" il a exploré le temps de l'occupation nazie et l'impact que cette sombre période a eu sur le comportement des gens. Il raconte l'histoire d'un couple très ordinaire, un homme et une femme qui ne demandent que de vivre sans problèmes et qui sont, pourtant, obligés par la force des choses de faire un acte héroïque. Les époux cachent dans une pièce secrète de leur appartement un jeune juif évadé d'un camps de concentration. Ce sujet permet à Jan Hrebejk de développer toute une série de situations très drôles dans lesquelles les protagonistes découvrent les faiblesses de leurs caractères. Ils désirent avant tout de sauver leur peau, mais leur comportement est un curieux mélange de lâcheté, de courage, de mesquinerie et de générosité. On rit souvent, en suivant les démêlés de ce couple avec des voisins, des informateurs et des occupants allemands, mais on se rend compte aussi de la gravité de ces situations. Et on se demande, parfois, ce qu'on ferait à la place de ces héros non héroïques. L'Académie du cinéma américain a hissé cette oeuvre de Jan Hrebejk parmi les meilleurs films tournés dans le monde. Le réalisateur est satisfait mais réaliste. Il sait que son oeuvre se heurtera à une forte concurrence et estime qu'elle ne réussira pas à devancer le film de Taiwan "Le Tigre et le Dragon", qui est déjà célèbre, et qui a été nominé dans la même catégorie. Jan Hrebejk participera donc à la cérémonie de Los Angeles, le 25 mars prochain, sans espoir exagéré, mais avec plaisir, car rien que la nomination pourrait permettre à son film de s'imposer sur les écrans américains et européens.