Une tentative de réhabiliter la lecture obligatoire

r_2100x1400_radio_praha.png

La lecture, ce grand plaisir d’innombrables générations d’amateurs de la littérature, ce « vice impuni » pour reprendre la célèbre définition de Valéry Larbaud, est de moins en moins appréciée par les jeunes. Ils n’aiment surtout pas lire ce que l’école leur impose en tant que lecture obligatoire. C’est pour aider tous ceux qui n’aiment pas lire mais qui aiment écouter, que la station Vltava, chaîne culturelle de la radio publique tchèque, a lancé un nouveau projet. Elle a mis à la disposition des auditeurs sur son site Internet www.rozhlas.cz/ctenarskydenik les enregistrements d’œuvres des classiques de la littérature tchèque.

C’est au début de l’année scolaire que la station Vltava a invité ses auditeurs à télécharger des chefs d’œuvres de la littérature tchèque lus par des acteurs et actrices renommés. Jarmila Konrádová, responsable de la programmation de la station explique les objectifs des auteurs de ce projet intitulé Čtenářský deník - Le journal de lecteur :

Jarmila Konrádová
«Pour les étudiants de l’enseignement secondaire, pour ceux qui se préparent au baccalauréat et aussi pour tous les autres amateurs de littérature, nous avons mis sur le web un site d’enregistrements de ce qu’on appelle la lecture obligatoire. Pourquoi nous sommes-nous lancés dans un tel projet ? Nous savons tous et nous avons des expériences personnelles dans ce sens, que les étudiants n’aiment pas la lecture obligatoire. Déjà le fait d’être obligatoire nuit un peu à cette littérature et la discrédite. Beaucoup de lecteurs cherchent plutôt à l’éviter ce qui est vraiment dommage parce qu’il s’agit d’œuvres que tout le monde devrait connaître et qui méritent d’être connues. Quand on plonge déjà dans cette lecture, on découvre qu’il s’agit d’une belle littérature qui est en plus très divertissante. Dans les archives de la radio il y a un grand nombre d’enregistrements d’œuvres classiques ou obligatoires. Notre projet doit donc donner aux lecteurs paresseux et même à ceux qui ne lisent plus la possibilité d’écouter la littérature qu’ils doivent connaître.»


Tout au début de son initiative Vltava met à la disposition du public ce qu’il y a de plus classique et de plus obligatoire dans la littérature tchèque. L’auditeur trouvera dans cette catégorie « Les Elégies tyroliennes » et « Le Roi Lávra », des œuvres de Karel Havlíček Borovský, écrivain et journaliste à la plume acérée, une des grandes figures du mouvement de résurrection nationale tchèque de la première moitié du XIXe siècle. Il a payé par un long bannissement à Brixen au Tyrol son esprit critique qui déplaisait fort aux autorités de la monarchie autrichienne. Et c’est justement dans le poème satirique « Les Elégies tyroliennes » qu’il a évoqué son expérience de proscrit politique.

Quant au poète Karel Hynek Mácha, il est représenté sur la liste d’enregistrements disponibles par son poème « Mai », œuvre fondamentale de la poésie romantique tchèque. Cette vaste composition a révélé aux lecteurs les immenses possibilités d’expression et les beautés musicales de la langue tchèque. Elle raconte l’histoire d’un jeune brigand qui tue son père devenu son rival en amour. Le héros parricide est finalement pris et finit sur l’échafaud. Ce qui fait la valeur du poème c’est que cette intrigue romantique est encadrée d’une description suggestive de la nature printanière, des parfums et des couleurs du mois de mai, qui créent une espèce de contrepoint aux événements tragiques. L’amour, la mort et la beauté enivrante d’un paysage lacustre se fondent en un tout qui reste, presque deux siècles après sa création, un des sommets de la poésie tchèque.

Selon Jarmila Konrádová les auditeurs de Vltava trouveront sur la liste des œuvres disponibles aussi la nouvelle de Karel Hynek Mácha intitulée « Les Tziganes » qui a été enregistrée tout récemment justement pour ce site sur le web, mais qui sera diffusée aussi par la station Vltava sur les ondes dans le cadre de sa série des lectures à suivre:

«La série n’a été terminée que vendredi dernier par la réalisatrice Markéta Jahodová avec le comédien Lukáš Hlavica. Selon la réalisatrice, Lukáš Hlavica a beaucoup aimé ce livre et même le style de Karel Hynek Mácha qui est très riche, touffu et assez inhabituel pour nous. Markéta Jahodová dit que le comédien a su savourer ce style insolite et a trouvé passionnant de lire ce récit romantique. »


Parmi les auteurs classiques ne peut pas manquer, évidement, Božena Němcová qui a joué dans la littérature et la société tchèque le rôle semblable à celui de George Sand en France et qui a donné ses titres de noblesse à la prose tchèque du XIXe siècle. Nous lui devons avant tout le récit « Grand-mère » dans lequel elle a réuni et idéalisé ses souvenirs d’enfance et rendu un vibrant hommage à sa grand-mère, une simple femme du peuple dans laquelle la petite-fille a trouvé pourtant des trésors de sagesse et de cordialité. La réalisatrice et actrice Hana Kofránková avait lu et enregistré le texte de «Grand-mère » il y a déjà quelques années. Et elle a lu aussi spécialement pour le site de Vltava un conte de Božena Němcová intitulé « Bára la sauvage » qui raconte dans un style leste et haut en couleurs la vie d’une jeune sauvageonne de village méprisée et maltraitée par les paysans, mais qui finit pourtant à trouver son bonheur. Ce conte drôle et captivant est aussi un plaidoyer pour le droit à la différence.

La liste des auteurs figurant dans ce projet est évidement beaucoup plus longue. On y trouve entre autres le poète et journaliste Jan Neruda ou bien Jaroslav Hašek auteur du Brave soldat Chveik. Une place importante est réservée aussi au romancier Alois Jirásek qui a retracé dans ses œuvres les grandes époques de l’histoire tchèque et a été pour nous ce que Alexander Dumas a été pour les Français ou Walter Scott pour les Britanniques. D’après Jarmila Konrádová la liste des auteurs disponibles est loin d’être définitive:

«Nous désirons élargir progressivement ce site. Cela ne dépend cependant pas que de nous. Dans beaucoup de cas c’est aussi la question des droits d’auteurs. Chacun peut télécharger ces enregistrements et peut les écouter comme il veut et quand il veut. Comme dit notre slogan de publicité : ‘Prends Božena dans le métro. Promène Alois à bicyclette.'»

Božena, c’est Božena Němcová, Alois, c’est Alois Jirásek. C’est cet écrivain qui figure également sur une affiche qui doit attirer l’attention du public sur le projet, affiche qui est cependant une fausse note de toute la campagne. On y voit une jeune cycliste avec des écouteurs qui promène le vieux romancier sur son vélo. Une telle publicité suscite cependant des critiques justifiées parce qu’un cycliste aux oreilles bouchées et donc pratiquement sourd s’expose d’une façon intolérable aux dangers de la route et devient lui-même dangereux pour les autres. Les auteurs de la campagne ne semblent pas réaliser que leur enthousiasme les a amenés à une incitation au comportement dangereux.

Ceci dit, le projet «Journal de lecteur» est une tentative honorable de construire un pont entre les générations « médiatisées » du XXIe siècle et la littérature classique. Pour nous qui avons appris à aimer la lecture, il ne pourra cependant pas remplacer le plaisir de se retrouver dans l’intimité avec un livre, de le lire tout simplement et sans intermédiaire pour communier avec l’auteur et ses personnages.

www.rozhlas.cz/ctenarskydenik