Une visite de Kolin, ville réputée pour sa cathédrale, sa cité juive et ses originaires célèbres

r_2100x1400_radio_praha.png

Nous y sommes déjà rendus, et nous vous y invitons une fois encore, dans la ville de Kolin, connue notamment par sa production de voitures Citroën, Peugeot et Toyota. Si nous vous y invitons aujourd'hui, ce n'est pas pour une visite de l'usine, mais pour vous faire découvrir les monuments historiques par lesquels elle est réputée : la monumentale cathédrale gothique Saint-Barthélémy et l'ancien ghetto juif de Kolin, au XVIIe siècle le deuxième plus important après celui de Prague. Toute aussi intéressante est l'origine du nom de la ville : selon l'une des hypothèses, on le doit aux colons venus peupler la région autour de l'Elbe, de Cologne sur le Rhin. Veuillez donc accepter notre invitation à Kolin - Cologne sur l'Elbe, à 60 km à l'est de Prague, qui nous accueille par la chanson chantant cette ville, composée par l'une des personnalités célèbres, originaires de Kolin, Frantisek Kmoch, fondateur de la musique pour instruments à vent tchèque.

Sur la place centrale de Kolin, bordée de maisons patriciales aux frontons Renaissance et baroques, nous entrons dans l'édifice du musée régional de Kolin, pour inviter au micro l'historien Ladislav Jouza. Ma première question concerne l'histoire de Kolin :

Ladislav Jouza
« L'histoire de la ville de Kolin débute avant 1261, sous le règne de Premysl Otakar II, roi de fer et d'or, qui s'est illustré par ses initiatives politiques et militaires : ses possessions se sont étendues jusqu'à l'Adriatique et il a fait fonder plusieurs villes royales, dont Kolin. La ville a connu un nouvel éclat sous Charles IV. C'est vrai surtout pour l'église Saint-Barthélémy, fondée déjà par Premysl Otakar, mais gravement endommagée par un incendie.Charles IV a confié la construction de la cathédrale à Petr Parler, bâtisseur de la cathédrale Saint-Guy au Château de Prague. Sous sa direction, une oeuvre monumentale, dominante de Kolin, a vu le jour : la nouvelle tribune élevée par Parler a surpassé la basilique d'origine à trois nefs que le bâtisseur a complétée d'un collier de chapelles. Par son architecture, la cathédrale Saint-Barthélémy de Kolin fait partie des quatre cathédrales gothiques de Bohême : Saint-Guy, au Château de Prague, Sainte-Barbe à Kutna Hora et celle de Sedlec. »

Un autre monument précieux de Kolin, à part la cathédrale, la Synagogue, érigée au milieu du XVIIe siècle, dans le style Renaissance tardif. Les murs et le plafond sont richement ornés de stucs représentant les feuilles et les ceps de vigne, en tant que symbole de la vie. Par contre, presque rien ne s'est conservé de l'équipement intérieur, sauf le coffret de la Tora. La Synagogue sert de salle de concert et d'exposition. Son entrée n'est pas visible de la rue, car elle se trouve derrière une ancienne école juive, aujourd'hui siège du Centre d'informations pour les touristes. La Synagogue fournit un témoignage sur le riche passé juif de Kolin, raconte notre guide, Ladislav Jouza :

« Les origines du peuplement juif de Kolin sont très anciennes : elles sont documentées déjà à l'époque de Jean de Luxembourg, au XIVe siècle. La cité juive a connu le plus grand essor autour de l'an 1630 où Kolin était surnommée d'ailleurs Jérusalem sur l'Elbe. A cette époque, la communauté juive de Kolin était la deuxième plus importante, après Prague. Pourquoi en était-il ainsi ? L'empereur Rodolphe II avait interdit aux Juifs de séjourner dans la ville minière voisine de Kutna Hora. Ceux qui voulaient participer au commerce de l'argent dans cette ville, devaient habiter ailleurs, et le plus avantageux, par sa proximité, était Kolin.Autre monument juif marquant, sorte de manuel d'histoire et d'art de l'architecture funéraire juive - le vieux cimetière juif de Kolin : La plus ancienne pierre tombale porte la date de 1492. On y trouve des tombes d'un peu tous les styles, depuis le gothique jusqu'à l'Empire, relativement bien conservées. L'une des plus précieuses est sans doute celle de Bezalel, fils de Yehoudah Ben Bezalel, dit Rabbi Löw, créateur du Golem. »

L'histoire juive a eu une fin tragique à Kolin : pendant la guerre, la ville est devenu l'un des centres de l'administration d'occupation allemande. Sur la décision de cette dernière, la population juive de Bohême centrale était concentrée à Kolin. En juin 1942, plus de 2000 Juifs ont été transportés de la gare de Kolin, en direction de Terezin. Beaucoup d'entre eux n'y sont jamais arrivés : à Bohunovice, ils ont changé de train pour être conduits à l'est, vers Auschwitz.

La bataille de Kolin
Dans l'histoire de Kolin, on trouve encore un événement d'une importance historique : la bataille de Kolin de 1757, dans laquelle les armées de l'impératrice Marie-Thérèse ont battu le roi de Prusse, Frédéric II. On écoute l'historien Ladislav Jouza :

« La bataille de Kolin a été livrée le 18 juin 1757. On peut dire, sans exagération, que le sort de la monarchie habsbourgeoise se décidait dans cette bataille. La situation n'était pas du tout favorable aux Habsbourg. Dans une certaine mesure, Vienne était directement menacée par les troupes du roi de Prusse, Frédéric. Le maréchal Daun, commandant des armées de Marie Thérèse, était celui qui devait les arrêter. Effectivement, il a réussi, grâce à une position plus avantageuse et une supériorité en hommes. Par reconnaissance pour cette victoire, et en hommage à des milliers de morts - puisque la bataille de Kolin a été l'une des plus sanglantes, l'impératrice a fondé l'Ordre de Marie-Thérèse qui est resté jusqu'à la fin de la monarchie, en 1918, l'ordre militaire suprême. »

Kolin est le lieu de naissance, en 1796, du très célèbre mime français, Jean-Gaspard Deburau, admirable interprète de Pierrot.

Jakub Krcin
Kolin peut s'illustrer aussi par une pléiade d'originaires célèbres : en 1535 y est né Jakub Krcin, fondateur du plus grand étang tchèque, Rozmberk et de toute une école de pisciculture en Bohême du sud. Josef Svatopluk Machar, poète et homme politique chargé des fonctions d'inspecteur général de l'armée tchécoslovaque, est venu au monde à Kolin en 1864. Kolin est aussi la ville natale de Vaclav Radimsky, l'un des meilleurs peintres ayant passé de longues années en France d'où il a importé en Bohême l'esprit de l'impressionnisme français, ainsi que du célèbre photographe Josef Sudek, très connu par ses photographies de paysages, ses portraits et ses natures mortes.

Finalement, Frantisek Kmoch, considéré comme le fondateur de la musique d'harmonie, est lié par son parcours personnel et professionnel à Kolin. Né en 1848 près de Kolin, il y a vécu, créé et il y est inhumé. En sa mémoire, la ville accueille, depuis 1962, un festival international d'harmonies.

10
50.027824400000
15.199955000000
default
50.027824400000
15.199955000000