On va se vaporiser samedi soir ?

0:00
/
0:00

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague – Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Vous avez sans doute déjà entendu parler de la capacité des Tchèques à boire, beaucoup, de la bière en particulier… Mais saviez-vous qu’il existe de nombreuses façons de décrire un état d’alcoolémie avancé et qu’elles sont souvent liées aux notions de travail, d’effort ? C’est donc notre sujet pour ce Tchèque du bout de la langue – la « vaporisation » et les autres expressions évoquant l’activité de boire.

Vous connaissez peut-être les verbes pít– boire, et opít se– se saouler. On peut le décliner en popít – boire est ici décrit comme une activité, on imagine la personne buvant quelques petits verres à la suite, tranquillement, avec des amis, ou en zapít– boire en l’honneur de quelque chose. Mais si vous pensez que les Tchèques s’arrêtent là pour décrire une activité si appréciée, vous vous trompez !

« Chlastáme ! », « Paříme ! », « Kalíme ! », sont les verbes les plus courants employés par les Tchèques pour décrire une activité comparable, disons, à celle du Français qui picole. Si chlastat n’évoque rien de particulier – juste un verbe familier et pas très féminin – pařit et kalit sont des métaphores intéressantes. Il n’est pas rare d’entendre dire : « jdeme pařit ? » ou « jdeme kalit ?» - « On va boire ? ». En effet, pařit tire son origine du mot pára - la vapeur, et on pourrait donc traduire le verbe par quelque chose comme « se vaporiser » ou « être en buée »… On imagine ainsi l’ivresse sortant de chaque pore de l’ivre… Le verbe kalitévoque, lui, la fabrication de l’acier – le verbe s’emploie pour décrire l’acier au moment où on le retrempe. La métaphore est donc relativement claire – on évoque ici l’idée de tremper pour obscurcir, brouiller, opacifier, troubler la vue et l’esprit…

Mais il existe encore des dizaines d’autres manières de décrire cette activité et la plupart renvoient à l’idée d’effort, de travail – c’est que boire est une activité sérieuse que les Tchèques accomplissent consciencieusement ! Conversations de comptoir pragoises obligent, nous nous concentrerons aujourd’hui sur les expressions employées en Bohême – avant de compléter, espérons-le, dans une prochaine émission, à la suite d’un voyage, d’expressions moraves…

Zdělat se se traduirait par « se faire », dělat signifiant « faire » mais aussi « travailler », d’où le mot dělník désignant un ouvrier. Le mot évoque donc un univers laborieux, un effort et l’ambiance ouvrière. Dans cette série on peut citer, pour un sens équivalent – et rappelons que tous les verbes mentionnés se situent quelque part entre les français « boire », « picoler » et « se bourrer la gueule » – le verbe zřídit se : řídit signifiant « conduire » mais aussi « diriger », « organiser », zřídit se pourrait presque se traduire par « se gérer », ici encore on imagine donc un gros boulot ! De même, zrubat seévoque le labeur ouvrier, rubat signifiant « exploiter, abattre », le verbe étant lié au bois, au charbon… Enfin, finissons cette série par zrychtovat se, un mot à l’histoire intéressante. Au départ, il y a le mot rychtář, un mot tout droit sorti du Moyen Age qui désignait un juge à la fonction particulière – mais à certains Tchèques, le mot évoque une sorte de paysan qui travaille dur... De ce mot est né le mot rychta, qui évoque le labeur et qui, depuis récemment, désigne une auberge, un bar – ambiance grandes tables en bois et bière qui coule à flots. Et naturellement, « jdeme se zrychtovat !» - « on va boire ! ».

Une autre série d’expressions dépeint un alcool plus destructeur – à commencer par ztrestat se, littéralement « se punir », ou ztrestat něco, punir quelque chose, pour « fêter quelque chose par l’alcool »… De même zkárovat se vient du mot kára - la charrette, ici on imagine la personne qui se met dans un état tel qu’elle ne pourra plus faire un pas et qu’elle finira par se faire traîner dans une charrette… L’état résultant de cet alcool destructeur peut être dépeint par les expressions být našrot – littéralement « être sur un tas de ferraille », šrot désignant la ferraille inutilisable, à jeter, ou být na plech - « être sur une plaque de tôle ». Dans les deux cas, on imagine le Tchèque ivre gisant dans la ferraille, inutilisable en attendant que ça passe…

Et c’est sur ce tour d’horizon réjouissant du pourquoi du comment de l’activité tchèque de boire de l’alcool que se referme ce « Tchèque du bout de la langue »... En attendant de vous retrouver la semaine prochaine, portez-vous du mieux possible – mějte se co nejlíp !, pour cela buvez un p’tit coup si l’envie vous en dit, avec plus ou moins de modération bien entendu, portez le soleil en vous – slunce v duši, salut et à bientôt – zatím ahoj !