Vaclav Havel à propos de la session du FMI et de la BM

r_2100x1400_radio_praha.png

Prague est la première parmi les capitales des pays postcommunistes à avoir l'honneur d'accueillir la session du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, écrit le président tchèque, Vaclav Havel, dans un article publié dans l'édition de samedi du quotidien Mlada fronta Dnes.

Prague est la première parmi les capitales des pays postcommunistes à avoir l'honneur d'accueillir la session du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, écrit le président tchèque, Vaclav Havel, dans un article publié dans l'édition de samedi du quotidien Mlada fronta Dnes. C'est pour elle, en même temps, une appréciation symbolique des processus de démocratisation non seulement en République tchèque, mais dans l'ensemble de l'Europe centrale et de l'Est. Vaclav Havel insiste sur la nécessité d'un dialogue. C'est pour cette raison qu'il invite le 23 septembre au Château de Prague, donc à la veille de la session mentionnée, près de 300 personnes : les partisans et les adversaires de la mondialisation. Une rencontre qui pourrait marquer de façon positive l'atmosphère de la session et de tout ce qui se déroulera à Prague. Vaclav Havel écrit, je cite : Pendant plusieurs jours de septembre, Prague sera le miroir de notre civilisation ambiguë et paradoxale. J'espère que la session qui s'y déroulera, apportera un brin d'espoir pour ce monde... Et le Président de conclure : Je souhaite la bienvenue à Prague à toute personne qui, imprégnée de bonne volonté, aspire à résoudre les problèmes globaux de ce monde. Le dialogue est une condition de la démocratie. Que Prague devienne le lieu d'un dialogue.