Vaclav Klaus candidat du Parti civique démocrate aux présidentielles de 2008

Le président Vaclav Klaus, photo: CTK

Les élections présidentielles en République tchèque auront lieu au mois de février 2008. Encore loin, peut-être, mais le Parti civique démocrate, leader de la coalition gouvernementale actuelle, vient de nommer son candidat, l'actuel président de la République, Vaclav Klaus. Quelles sont les réactions des milieux politiques ?

Ivan Langer, Petr Tluchor, Tomas Julinek, photo: CTK
Les députés et les sénateurs du Parti civique démocrate (ODS) en ont décidé à l'unanimité, lors d'une session commune : ce sera le fondateur du parti et son président honorifique, Vaclav Klaus, l'actuel chef de l'Etat, qui sera son candidat pour les élections présidentielles de 2008. Le président du groupe parlementaire sénatorial, Tomas Julinek, est persuadé que tous les parlementaires de l'ODS voteront pour Vaclav Klaus, bien que certains n'aient pas participé à la session.

« Je peux affirmer que toutes les réunions des sénateurs ou autres ont confirmé la candidature de Vaclav Klaus. D'après nous, il a fait ses preuves en tant que président et a le plein droit d'être candidat pour un nouveau mandat. »

La direction de l'ODS devrait commencer, sous peu, des négociations avec ses partenaires de la coalition gouvernementale, afin que l'actuel chef de l'Etat soit reconduit dans ses fonctions. Les chrétiens-démocrates ne se sont pas encore décidés, comme l'explique la présidente du groupe parlementaire des députés de ce parti, Michaela Sojdrova :

Le président Vaclav Klaus, photo: CTK
« Il est clair que la démocratie chrétienne a deux possibilités : soit présenter son candidat ou bien négocier le soutien à un candidat de la coalition ou d'un autre parti. Nous sommes ouverts à la solution qui sera la meilleure pour la République tchèque, pour la stabilité de sa représentation. »

Les chrétiens-démocrates devraient annoncer leur décision à l'automne. Par contre, le troisième parti de la coalition, celui des Verts, a déjà pris sa décision : ses parlementaires ne voteront pas pour Vaclav Klaus, comme le confirme le député Ondrej Liska :

« Les Verts ne se préparent pas à soutenir la candidature de Vaclav Klaus pour un second mandat présidentiel. Nous présenterons notre candidat à l'opinion publique en temps voulu. Je ne peux pas préciser quand, mais ce ne sera certainement pas le président Klaus. »

Du côté de l'opposition, la social-démocratie compte présenter son propre candidat et les communistes ne se décideront qu'au mois de juin. Rappelons que le président tchèque n'est pas élu au suffrage universel, mais par les deux chambres du Parlement.