A Prague, Médecins Sans Frontières répond aux questions du public

Les Médecins Sans Frontières sur la place Náměstí Míru à Prague, photo: ČTK

Comment travaillent les médecins lors d’une épidémie, d’un conflit armé ou d’une catastrophe naturelle ? Pourquoi les enfants mal nourris ont-ils un gros ventre ? Quelles sont les maladies « négligées » ? Les réponses à toutes ces questions se trouvent jusqu’au vendredi 13 mai dans l’hôpital de campagne reconstitué sur la place Náměstí Míru à Prague. Cette exposition itinérante et interactionnelle présente gratuitement le travail de l’ONG Médecins Sans Frontières pour la toute première fois en République tchèque. Après avoir participé à une de ses visites, Radio Prague a rencontré la guide Eva Frišová :

Les Médecins Sans Frontières sur la place Náměstí Míru à Prague, photo: ČTK
« Je m’appelle Eva Frišová, je travaille pour Médecins Sans Frontières depuis quatre ans et je suis coordinatrice financière. J’ai participé à cinq missions, j’ai été quatre fois au Congo et une fois en Sierra Leone, dans le cadre du projet ‘Ebola’. »

Nous vous rencontrons aujourd’hui en tant que guide d’une exposition consacrée à MSF. Il s’agit de la toute première exposition d’une telle envergure en République tchèque. Pouvez-vous la présenter ?

« Aujourd’hui, je travaille comme guide, c’est un nouveau rôle pour moi. Cette exposition à Náměstí Míru permet de présenter le travail de Médecins Sans Frontières au public. Vous pouvez y trouver différentes informations sur les missions de MSF. Nous présentons aussi plusieurs tentes dont l’une est consacrée au traitement d’Ebola ou une autre à une épidémie de choléra. Nous avons également une tente dans laquelle les visiteurs peuvent goûter la nourriture destinée aux enfants mal nourris ou une tente gonflable que l’on utilise sur nos missions comme bloc opératoire. Il y a donc beaucoup de choses à voir et à visiter. »

Les Médecins Sans Frontières sur la place Náměstí Míru à Prague, photo: ČTK
L’intérêt est-il grand ?

« Oui. Dans la matinée, il y a beaucoup d’enfants, des écoliers qui viennent avec les professeurs. Chaque jour, on a environ mille visiteurs. »

S’agit-il donc principalement d’enfants ou y a-t-il aussi des adultes qui s’intéressent à l’exposition ?

« Pas seulement les enfants. Dans la matinée, ce sont notamment des enfants et des écoles. Mais dans la journée, il s’agit des gens qui passent par Náměstí Míru, qui posent des questions et regardent l’exposition. Pour notre part, c’est un plaisir de présenter à chaque visiteur en quoi consiste le travail de Médecins Sans Frontières, où et comment on travaille et quelles sont les difficultés. C’est aussi une possibilité de présenter l’organisation à ceux qui peut-être un jour seraient intéressés pour partir avec MSF comme nos collègues. »

Tout à l’heure, vous avez fait visiter l’exposition à un groupe d’enfants qui posaient de nombreuses questions. Réagissent-ils habituellement de cette manière ou est-ce plutôt rare ?

Les Médecins Sans Frontières sur la place Náměstí Míru à Prague, photo: ČTK
« Cela dépend. Mais en général, les enfants sont intéressés. Bien sûr qu’il faut attirer leur attention mais ils posent beaucoup de questions. Je suis vraiment surprise parce qu’ils connaissent pleins de choses, ils sont bien informés. C’est donc très motivant d’avoir un groupe qui pose des questions, et parfois même des questions pas facile à répondre. »

Connaissent-ils déjà l’organisation des Médecins Sans Frontières ?

« En général, ils connaissent déjà l’organisation, je pense notamment grâce à l’école. Mais il est vrai qu’ils sont plutôt au courant de la présence de l’exposition à Prague, et seulement certains parmi eux connaissent le travail de MSF. »

Le projet de cette exposition n’a pas été originairement créé en République tchèque…

« C’est vrai. L’exposition est présentée pour la première fois en République tchèque. Mais l’idée est née en Allemagne et cette exposition se trouve normalement à Berlin. Avant, elle a été présentée également en Autriche. Cette année, elle est en République tchèque jusqu’au vendredi 13 mai et après, elle déménage de nouveau à Berlin en Allemagne. »

Les Médecins Sans Frontières sur la place Náměstí Míru à Prague, photo: ČTK
Est-ce que l’on aura dans l’avenir l’occasion de la revoir en République tchèque ?

« Comme je l’ai déjà dit, cette année, elle est seulement à Prague. Mais on aimerait bien la présenter au cours de l’année prochaine également dans une autre ville en République tchèque et aussi dans une ville en Slovaquie. On verra donc l’année prochaine mais on espère qu’elle sera présentée aussi ailleurs qu’à Prague. »