Apartheid à l'aéroport de Prague ?

r_2100x1400_radio_praha.png

Certainement que c'est une malheureuse initiative des départements tchéco-britannique des A.E., que l'idée d'autoriser des fonctionnaires britanniques à refouler, déjà à l'aéroport de Prague, les voyageurs indésirables en Grande- Bretagne. Cette mesure, aggravée par le décès d'un jeune Rom frappé au couteau par un skinhead, est désormais l'objet d'un hora ! quasi généralisé. Omar Mounir.

Croyant bien faire, l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Prague, David Broucher, venu à l'aéroport inspecter "ses" fonctionnaires, a déclaré que les voyageurs ne doivent pas être contrôlés uniquement selon la couleur de la peau ou l'ethnie, mais bien selon la loi sur l'immigration, qui exclut les demandeurs potentiels d'asile.

On ne peut mieux faire pour piquer au vif même ceux qui, parmi les Tchèques, n'ont pas vu d'inconvénient dans ce contrôle, tacitement fait pour les Roms. Ce mardi, la sociologue Jirina Siklova est montée au créneau, dans un article publié en première page de Lidové noviny, pour inviter en quelque sorte les Tchèques à boycotter l'Angleterre, aussi longtemps que ce contrôle durera. "Dommage, a-t-elle écrit, que je ne sois pas invitée, à Londres, pour une quelconque conférence. Je me serais fait un plaisir de refuser, entendu que je refuse d'avoir le privilège de "la race blanche". Et c'est ainsi que doivent procéder tous ceux qui sont invités à quelque symposium, conférence, (etc)". Et d'ajouter en substance que, si le gouvernement continue de taire cette discrimination, il va pour la première fois fournir un argument à ceux qui disent qu'en Tchéquie les droits de l'homme ne sont pas respectés. Siklova trouve, enfin, assez rocambolesque que ceux qui donnent au niveau de l'U.E. des leçons sur les droits de l'homme à la Tchéquie, viennent les violer sur le territoire tchèque.

Et comme un malheur ne vient jamais seul, un Rom ayant été frappé à coups de couteau par un skinhead, dans la soirée de vendredi, a décédé, ce lundi, des suites de ses blessures. L'on imagine alors la tournure que prennent actuellement les événements.

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture