Bohuslav Sobotka se défend de toute irrégularité dans la vente par l’Etat de la société minière OKD

OKD, photo: Podzemnik, CC BY-SA 3.0 Unported

La société minière OKD (Ostravsko-karvinské doly), une des plus grandes de République tchèque, active dans la région de Moravie-Silésie, a été cédée par l’Etat en 2004 au prix de 4 milliards de couronnes (150 millions d’euros selon le cours actuel de la couronne) principalement au groupe Karbon Invest, alors que sa valeur était estimée à environ 10 milliards de couronnes (360 millions de couronnes) ! Et selon le quotidien Mladá fronta Dnes, l’actuel Premier ministre Bohuslav Sobotka aurait joué un rôle important dans cette privatisation, puisqu’à l’époque il était ministre des Finances. L’intéressé se défend de toute malversation.

OKD, photo: Podzemnik, CC BY-SA 3.0 Unported
Pourtant en 2006, le ministère des Finances, dirigé donc depuis 2002 par Bohuslav Sobotka, avait encore la possibilité d’annuler la vente de près de 46% des actions de la firme OKD au groupe Karbon Invest et ainsi de limiter les pertes pour l’Etat. La Commission européenne s’est en effet intéressée au prix de vente de ces actions. Or dans un document destiné à Bruxelles et dont l’entête fait mention de « Bohuslav Sobotka, ministre des Finances », les désavantages pour l’Etat tchèque auraient été cachés au profit du groupe Karbon Invest.

L’actuel Premier ministre affirme qu’il n’a pas travaillé sur ce dossier pour la Commission européenne, signé par son adjoint Eduard Janota. De plus, selon lui, l’Etat a vendu la société OKD conformément au prix du marché. Enfin, Bruxelles n’aurait pas constaté d’irrégularité.

Une défense qui ne satisfait pas l’opposition et notamment le vice-président du parti conservateur TOP 09, Miroslav Kalousek, qui considère qu’Eduard Janota, décédé depuis, était placé sous l’autorité de Bohuslav Sobotka et qu’en conséquence c’est lui qui assumait la responsabilité des documents émis par le ministère des Finances. Un point de vue partagé par Andrej Babiš, l’actuel ministre des Finances dans le gouvernement de Bohuslav Sobotka et propriétaire du journal Mladá fronta Dnes, lequel publie ces informations.