Conduite scandaleuse de l'équipe de football tchèque

Petr Cech, Tomas Rosicky, Tomas Ujfalusi, photo: CTK

Après leur défaite en match de qualification pour le Championnat d'Europe de football face à l'Allemagne, samedi, les internationaux tchèques ont un peu trop joué les fêtards dans leur hôtel pragois. Malheureusement pour eux, une journaliste de presse à scandale les suivait de près.

Tomas Ujfalusi, photo: CTK
C'est le quotidien people, Sip, qui a dévoilé le scandale en publiant un reportage sur ce qui s'est passé à l'hôtel Praha, dans la nuit de samedi à dimanche, après la défaite de la Tchéquie contre l'Allemagne 2 à 1. Dans une chambre, selon Sip, les joueurs se sont réunis pour fêter l'anniversaire d'un des joueurs et, au petit-matin, certains ont même reçu la visite de « filles de joie ». Bien que les joueurs aient réfuté cette information, la direction de l'équipe tchèque a décidé de punir tous les joueurs en infligeant une amende de 1 million de couronnes (37 000 euros) à toute l'équipe. Le porte-parole de l'équipe tchèque, Lukas Tucek, pour quelques détails :

Petr Cech, Tomas Rosicky, Tomas Ujfalusi, photo: CTK
« Ils fêtaient l'anniversaire de Tomas Ujfalusi, après le match contre l'Allemagne et d'une manière qui n'est pas compatible avec la conduite d'un représentant de la République tchèque. Pour cela, une amende leur a été infligée par la direction de l'équipe. Cela a été annoncé au capitaine et à ses assistants. Ils savent qu'ils ont commis une faute pour un acte de toute l'équipe qui est ainsi punie. »

Prostituées dans la chambre ou non, les joueurs ont enfreint les règles de la discipline.

Karel Brückner, photo: CTK
Ils ont aussi abusé de la confiance de la direction de l'équipe et surtout de l'entraîneur national, Karel Brückner, qui a même pensé à démissioner quand il a pris connaissance du scandale :

« J'ai d'abord réflêchi sur moi-même, comme je le fais quand les gars encaissent un but sur un corner, car c'est moi qui est le responsable. La version des joueurs est différente d'autres versions et je ne sais que croire, comment cela s'est-il passé en réalité. De toute manière, c'est une infraction grossière à l'ordre interne qui ne peut être que difficilement excusée. Je dois m'y faire, car mercredi c'est Chypre qui m'attend. »

Et le supporter tchèque ? Dans le cas d'une victoire sur l'Allemagne, il tolérerait peut-être certains excès, mais jouer les fêtards après une défaite sur son propre terrain, même face à un puissant adversaire, lui semble pour le moins déplacé ! Et le scandale a dépassé les frontières avec des articles dans la presse comme The Guardian ou l'Equipe, cette dernière s'interrogeant plutôt sur le départ de Karel Brückner.