Conférence sur le visage du paysage culturel

r_2100x1400_radio_praha.png

Fin, ce vendredi, des travaux de la conférence sur le paysage, organisée à l'initiative du Président Vaclav Havel par l'Ordre des architectes tchèques. Jaroslava Gissubelova.

Attirer l'attention vers le milieu dans lequel nous vivons. Organiser des rencontres de gens de diverses branches pour qu'ils réfléchissent sur cet espace commun. Créer une approche active et constructive de la vie, ne rien laisser au hasard, dans notre propre intérêt et dans celui des prochaines générations. Susciter un large débat sur notre comportement envers le paysage. Voilà les motifs qui ont conduit le Président Vaclav Havel à organiser la conférence sur le thème du visage du paysage culturel. Vaclav Havel, que la maladie a empêchée de participer à la conférence, a dit au journal Lidove noviny: "Lorsque vous survolez Prague à bord d'un hélicoptère, vous vous apercevez que sur presque un tiers de la surface de la ville, il n'y a rien. Ni les parcs, ni les parkings, mais quelque chose entre un dépotoir et un futur chantier. Les frontières entre les villes, les villages, la nature, les prés, se perdent. On y voit naître des zones dont on ne sait pas si c'est encore la ville ou déjà la campagne. Des firmes se facilitent ainsi la vie, en construisant sur un pré vert, au lieu de construire quelque chose d'utile dans des brèches." Les travaux de la conférence ont été divisés en six sections: le paysage en tant qu'espace naturel, culturel, la dimension spirituelle du paysage, la réflexion artistique du paysage, le paysage au regard de ses usagers actuels, le paysage en péril. Architectes, biologistes, géologues, sociologues, artistes ont essayé de saisir la problématique avant l'accès de notre pays à la convention européenne sur le paysage. Le philosophe Erazim Kohak, président d'honneur de la conférence, a formulé cet effort de la manière suivante: il s'agit de rechercher un mode de vie conciliable à long terme avec la nature et de procéder avec le maximum de respect envers notre propre organisation du paysage.