Coupe Davis : même sans Berdych, les Tchèques veulent faire douter les Français

Photo: ČTK

C’est sans son meilleur joueur, Tomáš Berdych, que l’équipe tchèque de tennis entame ce vendredi à Třinec, une petite ville industrieuse de l’est du pays, le quart de finale de Coupe Davis face à la France de Yannick Noah. Largement donnés battus, les Tchèques vont devoir s’en remettre au soutien de leur public et à leur expérience dans cette compétition qu’ils ont remportée en 2012 et 2013.

Photo: ČTK
Tomáš Berdych, actuel n° 8 mondial et récent demi-finaliste à Wimbledon, avait été l’un des grands artisans de ces victoires. Mais depuis 2014, il fait régulièrement l’impasse sur des rencontres de Coupe Davis pour privilégier sa carrière solo. Et c’est à Londres, peu avant son quart de finale contre le Français Lucas Pouille, que le joueur de 30 ans a annoncé qu’il ne serait pas de la partie.

Jo-Wilfried Tsonga et Lukáš Rosol, photo: ČTK
Sur le papier, c’est donc une équipe tchèque très affaiblie qui tentera de prendre une revanche sur la demi-finale perdue face à la France à Roland-Garros en 2014. Le capitaine Jaroslav Navrátil a choisi d’aligner Lukáš Rosol (78e au classement ATP), qui avait sauvé les siens face à l’Allemagne en mars dernier, un huitième de finale remporté sur le fil (3-2), Adam Pavlásek et le vétéran Radek Štěpánek ( respectivement 111e et 118e), lesquels auront la difficile charge de disputer le match de double, ainsi que Jiří Veselý (50e), pour la deuxième fois de sa carrière à la tête de ce groupe dont il reconnaît volontiers le statut d’outsider :

Lucas Pouille et Jiří Veselý, photo: ČTK
« J’accepte ce statut. Il est clair que nous ne sommes pas favoris. On peut dire franchement que personne ne s’attend à ce que nous battions les Français. En même temps, nous avons suffisamment de qualités pour hisser notre jeu à leur niveau et théoriquement pour les battre. »

Théoriquement, cela sera tout de même très difficile. Faciles vainqueurs des Canadiens au tour précédent en Guadeloupe (5-0), les Français disposent dans leurs rangs d’un joueur du top 10 mondial en la personne de Jo-Wilfried Tsonga. L’entraîneur Yannick Noah a également choisi de faire confiance à Lucas Pouille, un jeune tennisman de 23 ans qui a réalisé d’importants progrès ces six derniers mois, concrétisés par un joli parcours à Wimbledon, avant qu’il ne subisse la loi d’un certain Tomáš Berdych en quarts. Et en double, les Français peuvent se reposer sur la paire constituée de Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert, la plus performante du moment, qui vient justement de remporter le tournoi londonien.

Radek Štěpánek et Jaroslav Navrátil, photo: ČTK
Autant dire que les Tchèques devront profiter à fond de leurs maigres avantages, et notamment du fait de jouer devant un public acquis à leur cause. La salle omnisport de la Werk Arena, habituée aux joutes des hockeyeurs du HC Oceláři Třinec, c’est-à-dire des Sidérurgistes de Třinec, un nom qui en dit long sur la morphologie de cette petite ville de 35 000 habitants, accueille pour la première fois une compétition de tennis. Conscient du niveau de son équipe, Jaroslav Navrátil a toutefois un plan pour ne pas s'en remettre uniquement au soutien des 5200 spectateurs de l’enceinte :

« Les Français ont vraiment une telle composition d’équipe, notamment avec leur double, qu’ils sont les grands favoris pour remporter l’édition de cette année de la Coupe Davis. Mais j’ai dit à mes gars que nous n’avions rien n’à perdre. Nous avons pu choisir la surface de jeu et nous aurons le public de notre côté. Les gars peuvent donc jouer de façon détendue. Je pense que c’est avec Lucas Pouille que nous pouvons envisager un résultat équilibré. C’est évidemment un bon garçon, un espoir pour le tennis français. Mais en même temps, il va jouer la Coupe Davis pour la première fois. Des joueurs bien meilleurs avaient comme les mains liées pour de telles premières. C’est quelque chose dont nous voulons profiter. »

Yannick Noah, photo: ČTK
Au micro d’Europe 1, Yannick Noah, qui, plutôt que de commenter l’absence de Berdych, préfère regretter les forfaits de Richard Gasquet et de Gaël Monfils, ne semble cependant pas avoir d’inquiétude particulière à propos de Pouille :

« Pour moi, Lucas s’impose en simple depuis quelques semaines, par ses résultats, par sa motivation. J’avais l’intention depuis quelque temps de le prendre en tant que remplaçant. Ses résultats à Wimbledon et le forfait de Richard ont fait qu’il s’est imposé facilement. »

Ce vendredi après-midi, c’est Jiří Veselý qui tentera de faire déjouer Lucas Pouille. Avant cela, la première rencontre de simple doit opposer Lukáš Rosol à Jo-Wilfried Tsonga. A l’issue de ces parties, on en saura peut-être plus sur l’équipe qui affrontera le vainqueur de l’opposition entre la Croatie et les Etats-Unis en demi-finale.