Dans le tourisme à Prague, « pas d’autres choix que de procéder à des licenciements »

Photo illustrative:  Anna Shvets/Pexels

Le secteur touristique subit de plein fouet les conséquences économiques l’épidémie de coronavirus cet automne après un printemps déjà difficile. Juste avant la mise en place de l’Etat d’urgence en mars dernier, Olivier Roman, directeur associé de la société DZK avait déjà répondu à nos questions. Pour cette entreprise spécialisée dans l’événementiel et le tourisme d’affaires, la période actuelle est d’autant plus compliquée que la reprise d’une activité normale n’est pas encore envisageable :

Olivier Roman, photo: Site officiel de la société DZK

« La situation est toujours assez compliquée. On a subi la première vague, sans aucune activité jusqu’au mois d’août. On a pu avoir quelques opérations en septembre et jusqu’à mi-octobre et désormais on se prend de plein fouet la deuxième vague, qui complique évidemment tout ce qu’on a avait prévu récemment. »

Est-ce que toutes vos activités sont arrêtées, vous n’avez plus aucun client ni ici ni dans les autres pays dans lesquels vous êtes présents ?

« Oui, on a perdu un gros volume de notre chiffre d’affaires, environ 90% de nos prévisions. Même si certains clients ont maintenu leurs commandes en septembre et octobre, pour le reste tout a été décalé sur l’année 2021 et on travaille d’ores et déjà sur certains éventuels rebooking pour l’année 2022. En plus d’une année 2020 très compliquée on doit maintenant aussi tabler sur une année 2021 difficile aussi. »

Dans la deuxième moitié du mois d’octobre, les autorités tchèques ont fermé le pays aux touristes, d’une manière assez discrète. Comment l’avez vous appris ?

« D’une manière plutôt informelle effectivement, parce qu’il n’y a pas eu beaucoup de communication là-dessus. Nous gérons l’organisation de groupes, ce qui a été mis en stand-by depuis plusieurs semaines. Cette interdiction du territoire aux touristes s’adressait plus aux voyageurs individuels qui continuaient de venir. »

Vous nous parliez en mars du recours au chômage partiel, au chômage technique et à la réduction du temps de travail. Où en êtes-vous aujourd’hui ?

« Huit mois après, nous en sommes au même point. On a continué avec le chômage partiel et le chômage technique. Mais on a dû aussi procéder à une première vague de licenciements, du fait de la grosse perte d’activité. »

Combien de licenciements ?

Photo illustrative: Oleg Magni/Pexels

« Environ 60% de notre personnel. C’est beaucoup, mais le principal problème que l’on rencontre en République tchèque est qu’on a très peu d’aides. Comparé à d’autres pays comme la France notamment, où les sociétés touristiques bénéficient d’aides assez conséquentes, on est ici assez démuni et nous n’avons pas d’autres choix que de procéder à des licenciements. »

Nous avions évoqué en mars la possibilité de prêts à taux zéro. Avez-vous postulé et avez-vous depuis demandé d’autres aides publiques ?

« Nous avons fait la demande de prêt mais les entreprises travaillant dans le tourisme sont ‘blacklistées’ par les banques ici et ailleurs. Toutes les agences de tourisme font partie d’un domaine d’activité à risque pour les banques, qui ne souhaitent pas nous prêter d’argent… »

L’année 2021 s’annonce difficile, vous le disiez. Parvenez-vous dans votre secteur à faire des prévisions pour 2022 voire 2023 ou est-ce trop compliqué à l’heure actuelle ?

Photo illustrative: 蔡宗翰/Pexels

« En ce moment on discute beaucoup avec l’ensemble de nos clients un peu partout dans le monde. Les nouvelles ne sont pas très positives puisqu’effectivement le redémarrage s’annonce assez lent. On espère pouvoir retravailler sur des appels d’offres à partir du deuxième semestre et sur des opérations en 2022 pour le marché du MICE (de l'acronyme anglais ‘Meetings, incentives, conferencing, exhibitions’). »

Dernière question : à plus long terme, quelques conséquences va t-elle avoir sur le tourisme à Prague ? Le marché change t-il déjà, avec des faillites pour certains ?

« Tout à fait, j’ai entendu parler de l’arrêt de certaines agences ‘incoming’. De plus, nous allons être confrontés à un problème supplémentaire au redémarrage avec des prestataires des secteurs de la restauration et de l’hôtellerie ou autres qui rencontrent les mêmes difficultés que nous. Difficile de dire qui sera encore opérationnel dans quelques mois. Quelques restaurants ont déjà fermé, quelques hôtels s’apprêtent à le faire dans les prochains mois. Cela va être une autre problématique à gérer à plus long-terme. »