Tourisme : « J’ose espérer que l’activité redémarre en septembre »

Prague, photo: ČTK/Michal Kamaryt

La société DZK Travel est spécialisée à Prague dans l’événementiel et le tourisme d’affaires. Son directeur associé, Olivier Roman, avait répondu à nos questions au début de l’épidémie en Tchéquie en mars 2020 puis en novembre. Un an après, il fait l’état des lieux :

« La situation de notre côté n’est toujours pas bonne, sans aucune activité depuis octobre. Avant cela nous étions à une activité en baisse de 85%. »

En novembre, vous nous avez indiqué devoir procéder à des licenciements. Avez-vous pu garder du personnel quand même ?

Photo illustrative: Ken Teegardin,  Flickr,  CC BY-SA 2.0

« On a pu garder quelques collaborateurs, car on croit à un redémarrage, mais en effet depuis novembre on a dû se séparer d’autres personnes. Depuis mars 2020, nous avons dû licencier 80% de notre équipe d’une douzaine de personnes. »

Où en êtes-vous aujourd’hui des aides publiques et des prêts à taux zéro ?

« En tant qu’entreprise active dans le secteur touristique, nous ne sommes toujours pas aptes à obtenir des prêts bancaires. Le fait qu’on ait eu à se séparer d’autant de collaborateurs est lié au fait qu’on n’a reçu que très peu d’aides de la part du gouvernement. Notre trésorerie des belles années précédentes diminue de mois en mois… »

Prenez-vous quand même des réservations pour le semestre suivant ?

« La situation actuelle est compliquée car nous annulons ou reportons des projets qui ont déjà été reportés. En ce moment on reporte sur le deuxième semestre ou même l’année 2022 pour nos partenaires de long-terme, en Amérique ou en Afrique du Sud. »

Photo: Michaela Danelová,  Český rozhlas

La perspective de « passeports Covid » est-elle la solution qui pourrait vous permettre de reprendre rapidement votre activité ?

« Tout à fait. Il faut rester assez positif. Les temps vont rester compliqués mais avec la vaccination de davantage de personnes et la possibilité d’avoir un passeport vaccinal j’ose espérer que l’activité touristique redémarre en septembre. »

Il y a un an vous observiez déjà des faillites dans les secteurs hôtelier et de la restauration, comment est la situation aujourd’hui chez vos partenaires ?

Photo illustrative: Paul Sableman,  Flickr,  CC BY 2.0

« Beaucoup d’hôtels indépendants ont dû mettre la clé sous la porte, de même que des restaurants partenaires spécialisés dans les réservations de groupes. Beaucoup de sociétés comme la nôtre ont dû licencier mais attendent de pouvoir redémarrer. Pour nos différents contacts commerciaux locaux ont été licenciés donc on va devoir repartir prochainement de zéro avec de nouvelles équipes neuves. »