Deux brasseries tchèque et belge s'associent

r_2100x1400_radio_praha.png

Les brasseries tchèques Bernard, petite entreprise de famille, se sont associées aux fameuses brasseries belges Duvel Moortgat. Sur le pourquoi et l'objectif de cette association, les explications de Stanislav Bernard, président du conseil d'administration de la brasserie Bernard, au micro d'Omar Mounir, lors d'une conférence de presse, ce mardi, à la brasserie U Benedikta, dans la Vieille-ville de Prague.

"Pourquoi avons-nous commencé à négocier avec un partenaire étranger ? Parce que au cours de l'année et dans nos discussions respectives, nous sommes parvenus à la conclusion que le marché tchèque est à ce point un marché suicidaire, que nous devons trouver un partenaire fiable sur le long terme, et qui pourrait contribuer à une augmentation du capital, ce qui est, bien entendu, le principal objectif des associations de ce genre. Dans le même temps, ce partenaire devrait aider à conserver l'orientation traditionnelle de notre entreprise. Cette orientation, il est possible de la résumer en quelques mots : brasser la meilleure bière sur le marché tchèque, et veiller constamment à l'amélioration de l'image de marque de la bière Bernard. Après plusieurs études et l'identification de plusieurs partenaires potentiels, pratiquement du monde entier, notre choix est tombé sur Duvel Moortgat de Belgique, avec lequel nous avons signé un contrat après un an et demi de négociations longues et détaillées. Je voudrais ajouter à ce propos qu'avec la signature de ce contrat et à partir du 1er août, notre brasserie a paradoxalement perdu le droit au dégrèvement fiscal. C'est désagréable pour nous, mais c'était une hypothèse dont nous avions pleinement conscience."

Stanislav Bernard a invité les journalistes à peser leur langage. Tout en se disant navré de lire dans certains journaux, à propos de cette association : "Les Belges achètent les brasseries Bernard", il a ajouté : "Les Belges ne nous ont pas acheté, nous avons créé une société commune fondée sur la parité. Chacune des deux parties détient 50% du capital. Nous sommes partis de la considération que, à l'avenir, aussi bien sur le marché tchèque que sur le marché international, il y aurait de plus en plus d'espace propre au développement d'un réseau de bière de grandes qualités. Partout, il y a un excèdent de bières classiques. Aussi les deux parties sont-elles décidées à exploiter intensivement à l'avenir cet espace." Cette association est pour la bière belge, Duvel Moortgat, l'occasion d'entrer sur le marché tchèque mais aussi l'occasion pour la bière tchèque Bernard d'aller à la conquête du marché belge. La mauvaise nouvelle est que, apprend-on de Stanislav Bernard, pendant longtemps la bière a été bon marché en République tchèque, et il faut s'attendre à une augmentation progressive des prix de la bière à l'avenir.

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture