Existe-t-il encore des lieux vraiment alternatifs à Prague ?

Le bunker de Parukarka
0:00
/
0:00

En effet, après l'évacuation ces dernières années des quelques squats artistiques qui restaient à Prague, on peut se demander si d'autres endroits un peu marginaux existent encore.

Le squat Ladronka, photo: CTK
Les squats artistiques ne manquaient pas à Prague il y a quelques années. Le squat Ladronka, dans Prague 6, vécut sept ans avant de se faire évacué en 2000. Une quinzaine de personnes y vivaient alors et pas mal d'évènements s'y produisaient. Un peu avant, en 1997, le squat de Zenklova et le squat Sochora avaient été évacués, malgré les réparations effectuées par les squatteurs pour les entretenir. Un nouveau squat débuta en 98, c'était le Milada. Des concerts, des spectacles et des expositions y étaient organisées. Un bar s'y était ouvert ainsi qu'un salon de thé où l'on pouvait lire des bouquins anarchistes. Mais le squat Milada fut lui aussi forcé de disparaître en 2005.

Aujourd'hui, le lieu le plus underground de Prague est réellement enfoui sous le sol. On peut le trouver 20m en dessous de nos pieds. Il s'agit du bunker de Parukarka, dans le quartier de Zizkov, à côté de la place Olsanske namesti, qui peut être considéré comme un successeur des squats qui n'existent plus à Prague, car il tient ce rôle de lieu alternatif, à la fois marginal et branché. Il appartient à la municipalité, mais a été récupéré au profit d'évènements artistiques. Seule différence avec les squats : personne n'y habite.

Avant même de savoir ce qui s'y passe exactement, lorsqu'on vous parle pour la première fois d'une soirée dans un bunker, vous êtes forcément un peu surpris. Mais après la première appréhension de descendre un escalier qui semble sans fin, comme si l'on se rendait au centre de la terre, on commence à prendre un certain plaisir à cette aventure. Une décoration très underground, comme on pouvait s'y attendre. Une salle pour s'asseoir, discuter, une deuxième avec un baby foot - dont sont d'ailleurs munis tous les lieux alternatifs de Prague, c'est le signe - et une salle pour danser.

La plupart du temps, le bunker de Parukarka accueille des groupes en concert ou des DJ. On pourrait s'attendre à un lieu exclusivement techno, mais ce n'est pas le cas. Samedi 3 Mars, c'était un concert de reggae et à la fin du mois, le 22 mars, un concert de jazz ethnique. Parukarka Bunker recevra également quelques groupes français à l'occasion d'une « indie night ». Pour ceux qui ne sont pas assez underground pour connaître le mouvement indie, eh bien c'est une sorte de rock alternatif qui s'est créé en Grande Bretagne dans les années 80. Deux groupes, « Comme des garçons, Mademoiselle » et « Jordan » joueront donc le 24 mars au bunker de Parukarka, à Prague, pour nous faire passer une nuit très indie. En attendant, cette semaine a commencé une exposition du groupe LP5, photographes rassemblés autour du thème de la ville.

Un bon programme underground en perspective, donc, au bunker de Parukarka, à Zizkov.

Auteur: Flora Moscovici
mot-clé:
lancer la lecture