Foot - Euro 2008 : les Tchèques respirent

Photo: CTK

En venant difficilement à bout (2-1) du pays de Galles, samedi, à Teplice, l'équipe de République tchèque de football a entamé de la meilleure des manières les éliminatoires au championnat d'Europe 2008. Une première victoire certes obtenue dans la douleur et dans les dernières minutes du match, mais rassurante avant le déplacement en Slovaquie, mercredi.

Photo: CTK
John Toshack, le coach gallois, était déçu et furieux au coup de sifflet final et force est de reconnaître que les événements de la partie lui donnaient plutôt raison. En première période tout d'abord, son attaquant Craig Bellamy, parti seul au but, a échoué sur une impeccable sortie de Petr Cech avant qu'en seconde, sa frappe heurte le poteau du gardien tchèque. C'est essentiellement à cause de ces deux contres mal négociés que les Gallois peuvent se mordre les doigts de repartir au pays les mains vides. Mais ils peuvent aussi, à juste titre, pester contre un premier but tchèque entaché d'un hors-jeu et un second encaissé à une minute de la fin alors qu'ils venaient tout juste d'égaliser grâce à un but du défenseur tchèque Martin Jiranek marqué contre son camp.

Les Tchèques, de leur côté, trop heureux que cette rencontre qu'ils auront largement dominée ait finalement tourné en leur faveur, n'avaient cure des regrets britanniques et préféraient retenir une victoire qui les lance idéalement dans la course à la qualification pour le prochain Euro. Héros du match avec le novice David Lafata, auteur des deux buts, Petr Cech savourait lui aussi :

David Lafata, photo: CTK
« Chaque début de compétition est important et avant le match très difficile qui nous attend en Slovaquie, nous tenions absolument à gagner. Nous y sommes parvenus après une très bonne prestation collective. C'est vrai que nous avons gagné de justesse, mais l'essentiel, ce sont les trois points engrangés, surtout contre une équipe du pays de Galles qui a démontré ses qualités et prouvé qu'elle était capable de prendre des points face à d'autres équipes de ce groupe. »

Au-delà de l'aspect comptable, ce succès est d'autant plus capital pour les Tchèques qu'il met un terme à une série de trois défaites consécutives depuis la déroute contre le Ghana en Coupe du monde. Un grand bol d'air, donc, pour un peu de confiance retrouvée, mais qui ne faisait tout de même pas oublier à l'entraîneur Karel Brückner certains manques affichés dans le jeu par ses joueurs :

Karel Brückner, photo: Ondřej Prokop / ČRo
« Nous savions que c'était un match très difficile qui nous attendait et l'adversaire a confirmé son potentiel. Nous avions bien étudié leur jeu, mais les Gallois nous ont surpris en alignant cinq défenseurs. Cette disposition tactique nous a permis de prendre le jeu à notre compte et de presser l'adversaire, mais d'un autre côté, il était de ce fait aussi plus difficile de trouver les espaces à l'approche du but car il y avait plus de joueurs dans un espace réduit. Or, je dois dire que nous avons manqué d'imagination dans la dernière passe. En seconde mi-temps, nous avons accentué notre pression, les Gallois se sont encore plus regroupés dans leurs trente derniers mètres et nous avons alors évolué sur des attaques placées. Nous avons eu le droit à une fin de match un peu folle, mais cela fait partie du football. A l'arrivée, nous pouvons être satisfaits des trois points. Mais malgré la victoire, il ne faut pas oublier les faiblesses dont nous avons encore une fois fait preuve, notre équipe reste en reconstruction. Je pense que nous allons progresser au fil des matches, mais aujourd'hui, je dois remercier les joueurs de s'être battus jusqu'au bout. »

Soulagés, les Tchèques ne le sont toutefois que jusque mercredi. A Bratislava, dans le derby contre la Slovaquie très attendu des deux côtés de la frontière, ils devront en effet déjà confirmer leur regain de santé.