Foot : le Slavia Prague et ses deux Français champions

Slavia Prague, photo: CTK

La dernière journée du championnat de République tchèque de football a été disputée le week-end dernier. Une dernière journée et une saison 2007-2008 à l’issue desquelles c’est finalement le Slavia Prague qui a été sacré champion, et ce pour la première fois depuis douze ans. Un grand moment d’émotion donc pour le club pragois et ses supporters qui ont célébré le titre dans le stade flambant neuf d’Eden, où le Slavia a disputé, samedi, son premier match officiel.

Slavia Prague, photo: CTK
Une première participation à l’automne à la Ligue des champions, un titre de champion qui fait enfin suite au dernier obtenu en 1996 et un tout nouveau stade de 21 000 places que le club et les supporters attendaient depuis de nombreuses années. C’est en résumé une saison de rêve qu’a vécue le Slavia Prague, souvent considéré comme le Poulidor du football tchèque pour ses multiples deuxièmes places, toujours derrière le grand rival pragois du Sparta. Cette fois, ce sont les « éternels deuxièmes », comme ils sont surnommés, qui ont terminé en tête avec trois points d’avance sur le Sparta qui s’est écroulé en fin de parcours en subissant trois défaites, dont deux à domicile, lors des trois dernières journées.

Tijani Belaïd (à gauche), photo: CTK
Avant cette 30e et dernière journée, le Slavia, qui recevait Jablonec, équipe du bas de tableau déjà assurée de son maintien, savait qu’il n’avait besoin que d’un point pour être sacré. Un point que les Pragois ont obtenu en concédant le match nul (2-2) après avoir mené deux fois au score. C’est d’ailleurs le Franco-Tunisien Tijani Belaïd qui a ouvert la marque d’un coup-franc magistral en début de seconde mi-temps. Un résultat qui n’a cependant pas gâché la joie de l’ancien Lensois et Bordelais Vladimír Šmicer, revenu dans le club de ses débuts professionnels en début de saison. Un club qu’il avait quitté en 1996, juste après l’obtention du dernier titre de champion du Slavia.

Slavia Prague, photo: CTK
« Je pense qu’il y a douze ans, nous avions vraiment une très bonne équipe. La différence entre le Slavia et les autres équipes était plus marquante que cette année. Nous étions même allés jusqu’en demi-finales de la Coupe UEFA. Cette saison, la lutte a été très serrée jusqu’au bout, et des équipes comme Ostrava et Brno, qui finissent troisième et quatrième, ont réalisé une excellente seconde partie de saison et ne finissent pas très loin derrière nous. Autant en 1996, le Slavia avait dominé le championnat, autant cette année, nous devons reconnaître que nous avons eu beaucoup de réussite. Malgré tout, l’équipe de 1996 était plus talentueuse que celle d’aujourd’hui. »

Vladimír Šmicer et Karel Jarolím, photo: CTK
Bien que souvent blessé et privé de terrain, Vladimír Šmicer a annoncé à l’issue du match qu’il entendait encore disputer une dernière saison sous le maillot du Slavia. Une nouvelle qui a dû ravir son entraîneur, Karel Jarolím. L’ancien joueur de Rouen et d’Amiens, également assistant d’Ivan Hašek lorsque ce dernier entraînait Strasbourg, est revenu en conférence de presse sur une saison compliquée pour son équipe.

Vladimír Šmicer, photo: CTK
« Nous avons connu beaucoup de hauts et de bas au printemps, cela a été parfois très difficile pour nous alors que nous possédions cinq points d’avance à la trêve. Finalement, nous avons quand même obtenu le titre et je crois que c’est une saison qui restera inscrite en lettres d’or dans l’histoire du Slavia avec notre participation à la Ligue des champions et l’ouverture de ce nouveau stade magnifique. Mais je dois admettre que nous n’avons pas bien supporté la pression qui a pesé sur nos épaules tout au long de la phase des matchs retours. Tout le monde attendait de nous que nous soyons champions et ça n’a pas été évident à gérer. A un moment donné nous ne pensions même plus pouvoir décrocher cette première place, mais nous y sommes parvenus et c’est bien là l’essentiel aujourd’hui. »

Mickaël Tavares et Tijani Belaïd, photo: CTK
Après Ludovic Sylvestre la saison dernière avec le Sparta, Tijani Belaïd et Mickaël Tavares, entré en jeu en seconde mi-temps samedi, sont quant à eux devenus les deuxième et troisième joueurs français de l’histoire à être sacrés champions de République tchèque. Nous les entendrons dans une prochaine émission nous raconter leur première année en République tchèque. Rappelons qu’ils ne sont pas les seuls Français à évoluer dans la Gambrinus Liga puisque pas moins de six joueurs ont participé dans cinq clubs différents à la dernière journée.

En attendant, champion, le Slavia Prague disputera la saison prochaine le troisième tour préliminaire de la Ligue des champions avec l’espoir de se qualifier pour la deuxième fois consécutive pour la phase de groupes de la plus prestigieuse des compétitions européennes de clubs.

Sparta Prague - Liberec, photo: CTK
Le Sparta Prague, défait samedi à Liberec (3-4), abandonne, lui, son titre à l’issue d’une saison décevante sur le plan des résultats comme du jeu. Deuxième au classement final après avoir remporté la Coupe de République tchèque la semaine dernière, le club le plus titré du pays ne réalise pas un nouveau doublé mais a néanmoins obtenu le droit de disputer le deuxième tour préliminaire de la Ligue des champions.

Baník Ostrava - Bohemians, photo: CTK
Enfin, le Baník Ostrava, séduisante équipe de Moravie du Nord, a terminé sur la troisième marche du podium et disputera la Coupe UEFA, tout comme le Slovan Liberec, finaliste malheureux de la Coupe.

Dans le bas du tableau, deux équipes sont reléguées en deuxième division, le SIAD Most, bon dernier, et les Bohemians Prague, qui, malgré le soutien de leurs nombreux supporters, n’auront donc fait qu’un aller-retour parmi l’élite.