Foot - Ligue des champions : après Arsenal, le Slavia peut encore rêver

Photo: CTK

Le Slavia Prague et Arsenal se sont neutralisés et se sont quittés sur un résultat nul (0-0), mercredi soir, à Prague, à l'occasion de la 4e journée de Ligue des champions. A l'issue d'un match fermé et pauvre en occasions de but, les Tchèques ont partiellement effacé l'humiliation subie au match aller à Londres, où ils s'étaient inclinés 7 à 0. Ils ont également fait un pas supplémentaire dans l'optique de la troisième place qualificative pour la coupe de l'UEFA et peuvent encore rêver de décrocher la deuxième place de leur groupe, qualificative, elle, pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Photo: CTK
Face à une équipe d'Arsenal privée de nombreux titulaires comme Fabregas, Helb, Rosicky, Touré ou Eboué, qu'Arsène Wenger avait choisi de laisser au repos ou sur le banc de touche, le Slavia a offert un visage prudent et courageux pendant quatre-vingt-dix minutes. Après la leçon traumatisante du match aller, les partenaires du Français Mickaël Tavares, titularisé dans l'entrejeu pragois, avaient décidé de ne pas se découvrir et de procéder par contres. Une option tactique qui s'est avérée payante puisque les Tchèques ont obtenu ce qu'ils recherchaient : le point du match nul. Pour la première fois en huit confrontations en coupes européennes, un club tchèque n'a donc pas perdu contre Arsenal. Les Londoniens, qui n'avaient besoin que d'un point pour assurer leur qualification, leur ont sans doute facilité la tâche en ne forçant pas leur talent et en se contentant du strict minimum. Reste qu'avec un poil d'audace supplémentaire en seconde mi-temps, le Slavia aurait peut-être pu arracher une courte victoire qui n'aurait pas été imméritée, même si le score final nul et vierge est assurément celui qui reflète le mieux la physionomie d'une partie disputée sous une pluie battante et glaciale. Pour Mickaël Tavares, l'heure n'était cependant pas aux regrets au coup de sifflet final:

 Mickaël Tavares, photo: CTK
« C'est clair. Pour nous, ce match nul équivaut pratiquement à une victoire. En plus, il y a eu la manière. On sort de ce 0-0 en ayant fait un bon match. A l'aller, on avait pris sept buts, on se devait donc de faire un bon résultat à la maison et devant notre public. On a fait ce qu'il fallait pour ça. On n'a pas réussi à concrétiser, mais ça reste quand même un bon 0-0. Je pense que tout le monde est satisfait. Le coach avait mis une tactique en place pour essayer de faire le pressing au maximum. A l'aller, on avait laissé beaucoup d'espaces et on avait couru après le ballon. Et puis le retour de Smicer nous a fait du bien. Il a apporté son expérience qui nous a beaucoup servi. »

De retour sur le terrain après plus de deux mois d'absence à cause d'une blessure, Vladimir Smicer disputait son premier match en Ligue des champions depuis l'inoubliable finale victorieuse avec Liverpool contre l'AC Milan à Istanbul en 2005. Satisfait lui aussi de la prestation d'ensemble du Slavia, l'ancien Lensois et Bordelais estimait cependant qu'il y avait la place pour espérer un peu mieux contre Arsenal :

Vladimir Smicer et Abou Diaby, photo: CTK
« Oui, parce qu'il y a eu des périodes du match où nous étions bien en place. On a essayé de jouer et on a eu quelques petites occasions. C'est vraiment dommage que l'on n'ait pas été plus décisifs devant le but. Je pense que notre meilleur buteur, Stanislav Vlcek, nous a manqué. On savait aussi qu'Arsenal était une bonne équipe et que ce serait difficile. Mais on est contents. »

Même si Arsène Wenger s'est dit « déçu » par le match de certains de ses jeunes joueurs, c'est également un sentiment de satisfaction qui régnait dans le camp d'Arsenal, comme l'expliquait son capitaine William Gallas :

« On était venus ici pour la qualification, c'était le plus important, et pour ça, il nous fallait une victoire ou un match nul. C'est un match nul, mais vu comment le match s'est passé, on est contents d'être qualifiés. »

-Le match aller avait été très facile pour Arsenal. N'avez-vous donc pas un peu sous-estimé cette équipe tchèque aujourd'hui ?

Zdenek Senkerik et William Gallas, photo: CTK
« Non, pas du tout ! On voulait gagner parce qu'on aime la victoire. Mais quand vous tombez sur une équipe qui est bien en place, ce n'est jamais évident. Il n'y a pas que onze joueurs sur le terrain, il y en a vingt-deux, et ce soir ils l'ont démontré. On a essayé de se procurer quelques occasions, mais ce n'était pas facile. Il y avait le climat aussi... Mais encore une fois, l'important ce soir, c'est la qualification. »

Si Arsenal est donc d'ores et déjà qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, le FC Séville, victorieux (2-0) du Steaua à Bucarest, occupe la deuxième place avec neuf points. A cinq longueurs derrière, on retrouve le Slavia Prague, troisième, les Roumains refermant quant à eux la marche du groupe H avec toujours aucun point au compteur.