Hommage aux parachutistes

r_2100x1400_radio_praha.png

Des hommes politiques et des vétérans de guerre ont commémoré le 59e anniversaire de la mort héroïque des parachutistes tchécoslovaques qui, à la fin de mai 1942, ont accompli l'attentat contre le protecteur du Reich allemand en Bohême et en Moravie. Jarka Gissübelova.

Un acte de piété et une messe en hommage des victimes de la terreur nazie ayant suivi l'attentat, ont eu lieu à l'église orthodoxe pragoise, Saint-Cyrille et Saint-Méthode, rue Resslova, dont la crypte avait servi du dernier abri aux parachutistes tchécoslovaques.

Le protecteur du Reich, Reinhard Heydrich, est arrivé à Prague en septembre 1941. Sa mission était de liquider la résistance et de décimer la population. Le gouvernement tchécoslovaque exilé à Londres y a répondu par un acte de résistance sans précédent. Des soldats spécialement entraînés ont été parachutés près de Prague. L'objectif de l'opération nommée Antropoid était de débarrasser la nation du protecteur. Le 27 mai 1942, une bombe lancée par Josef Valcik et Jan Kubis contre la voiture de Heydrich, rentrant de son siège estival de Panenske Brezany au Château de Prague, a grièvement blessé le protecteur. Il meurt quelques jours après. Les deux hommes ont réussi à s'évader du lieu de l'attentat. Avec d'autres sept membres du groupe, ils ont trouvé un refuge dans la crypte de l'église orthodoxe Saint-Cyrille et Saint-Méthode. Le 18 juin 1942, après avoir livré une bataille inégale contre les nazis, ils ont préféré mourir que de se livrer vivants.

Lidice
L'événement est rappelé par une plaque sur le mur de l'église. Les traces des tirs y sont patentes jusqu'à présent. L'attentat contre le protecteur est considéré comme un acte crucial de la résistance tchèque, bien que les opinions sur sa nécessité divergent. L'attentat a rehaussé le prestige de la résistance et aidé la représentation politique à l'étranger à imposer l'annulation des accords de Munich. D'autre part, la revanche des nazis a été terrible. Des milliers de Tchèques arrêtés et mis à mort, deux communes, Lidice et Lezaky, rasées.