Infos

r_2100x1400_radio_praha.png

Qui va pouvoir gouverner le pays ?

C'est la question que se posent beaucoup de Tchèques et d'observateurs étrangers, alors que les résultats des élections législatives ne permettent à priori à aucun parti de former une coalition gouvernementale viable qui s'appuierait sur une majorité stable.

Le Parti civique démocrate (ODS) est pourtant sorti vainqueur de ces élections, avec plus de 35% des suffrages exprimés, devant le Parti social démocrate (CSSD) du Premier ministre sortant, à 32%. Mais les 200 sièges de la Chambre des députés sont répartis de telle manière que les partis dits « de droite » que sont l'ODS(81 sièges), le Parti chrétien démocrate (KDU-CSL,13 sièges), et les Verts (SZ, 6 sièges) ne représentent ensemble que 100 sièges, soit l'exacte moitié, l'autre moitié étant occupée par les partis dits « de gauche », que sont le CSSD (74 sièges) et les communistes du KSCM (26 sièges).

Dès ce lundi, le président de la République devrait officiellement ouvrir les négociations en vue de former un nouveau gouvernement. Des négociations qui s'annoncent d'autant plus difficiles que la tension qui régnait quelques jours avant les élections n'a pas vraiment diminué. Jiri Paroubek, le chef du gouvernement sortant, qui avait menacé de contester la validité des élections samedi soir, semble cependant avoir mis un peu d'eau dans son vin ce dimanche. Il s'est dit prêt à rentrer dans l'opposition, même s'il n'a pas exclu l'éventualité d'une coalition gouvernementale menée par son parti, si les négociations menées par son adversaire échouent.

Bref, la situation est loin d'être simple, et si les Tchèques, qui ont été relativement nombreux à se rendre aux urnes, espéraient voir se terminer une période de certaine instabilité politique, il semble que la solution ne soit pas trouvée de sitôt. La première rencontre entre les principaux leaders, devant les caméras de la télévision publique tchèque ce dimanche, n'a pas laissé entrevoir une rapide sortie de crise.

Dimanche matin, le chef du Parti communiste, Vojtech Filip, a proposé la formation d'un gouvernement d'union nationale, au sein duquel seraient représentés les cinq partis parlementaires. Une hypothèse considérée comme "peu réaliste" par Jiri Paroubek et rejetée par les partis de droite, qui refusent de mener des négociations avec un parti qu'il ne considère pas comme démocratique.

Pour le politologue Jiri Pehe, l'une des seules issues à la crise politique que risque de traverser le pays serait la formation d'une grande coalition « à l'allemande », composée par les deux plus grands partis du pays, l'ODS et le CSSD:

« L'hypothèse la plus probable est celle d'une grande coalition, parce que le parti des Verts est composé de deux fractions, l'une prête à collaborer avec l'ODS, l'autre plutôt de gauche, qui risque de poser des problèmes à leur chef, Martin Bursik, et à l'ODS. L'hypothèse d'une grande coalition serait alors la seule solution. »

Résultat historique pour les Verts

Les Verts sont aujourd'hui l'une des inconnues des multiples équations politiques envisageables. Le résultat de samedi (6,29%) représente un succès historique pour le parti écologiste tchèque, qui fait une entrée très remarquée au Parlement. Mais les membres du parti, divisés sur la question des potentielles alliances, vont devoir se mettre d'accord rapidement. Pour Jiri Dedecek, tête de liste des Verts dans la région de Vysocina, "le mieux serait de rester dans l'opposition".

Tennis-Roland Garros: Vaidisova élimine Amélie Mauresmo

Nicole Vaidisova a créé la sensation en éliminant la Française Amélie Mauresmo du tournoi de Roland Garros. A 17 ans, la Tchèque se qualifie pour les 1/4 de finale des internationaux de France. Sa prochaine adversaire sera l'Américaine Venus Williams, première du classement mondial WTA.

Foot-Baros rejoint la liste des blessés

Mauvaise nouvelle de plus pour l'équipe nationale tchèque de football. A moins d'une semaine du début de la coupe du monde, c'est l'attaquant vedette Milan Baros qui vient rejoindre la liste des blessés, après le forfait de Vladimir Smicer, et les blessures de Rosicky et Galasek. Le meilleur buteur de l'Euro 2004 aurait ressenti une douleur au pied lors du dernier match de préparation, que son équipe a remporté 3 à 0 face à Trinité-et-Tobago. Le premier match des Tchèques dans la compétition, ce sera le 12 juin face aux Etats-Unis, à Gelsenkirchen.

Météo

Météo toujours maussade en République tchèque, où le ciel reste nuageux, avec des températures qui ne dépassent pas les 16°C. Les prévisions pour le début de la semaine prochaine ne sont pas très optimistes, avec de la pluie, mais les températures devraient lentement remonter vers les normales saisonnières.