Jan Ladislav Dusík, le poète du piano

r_2100x1400_radio_praha.png

Alors que la musique classique de Vienne est à son apogée avec les grands maîtres dont Haydn, Mozart et Beethoven, le compositeur tchèque Jan Ladislav Dusík devient l’un des artisans d'un nouveau langage musical, un langage romantique.

Jan Ladislav Dusík
Jan Ladislav Dusík a vécu entre les années 1760 et 1812. Son style se situe à mi-chemin entre le modération classique et les élans passionnés qu'apportait le XIXe siècle. Dans de nombreuses compositions il se montre élève de Haydn et de Mozart, dans d'autres oeuvres, et notamment dans ses sonates pour piano, il prouve déjà son appartenance à la nouvelle génération des compositeurs qui va donner à la musique un Schubert, un Schumann et un Chopin. Sa vie elle-même est romantique. Il voyage beaucoup car il est pianiste célèbre et ses tournées le mènent dans de nombreux pays européens. La Révolution française le chasse de Paris et il se réfugie à Londres, où il passe une partie importante de sa vie et où il se marie. La Révolution française marque aussi son oeuvre. Il signe par exemple une composition intitulée La Mort de Marie-Antoinette. Ensuite il se rend en Prusse, visite Prague, mais finalement revient à Paris ou il termine sa vie au service de Talleyrand. On dit qu'il était insouciant et dépensier et qu'il avait un faible pour le vin. Tout cela ne se manifeste pas dans sa musique qui est presque toujours élégante, délicate et empreinte d'une grâce particulière.