La construction de la Bibliothèque nationale n'est pas une priorité du gouvernement

Le projet de la nouvelle Bibliothèque nationale de l'architecte Jan Kaplicky

La construction de la nouvelle Bibliothèque nationale à Prague selon le projet de l'architecte Jan Kaplicky et son studio britannique Futur Systems est remise en cause. Après que la municipalité de Prague ait refusé de vendre les terrains de l'esplanade de Letna, là où la bibliothèque devrait être édifiée, le Premier ministre Mirek Topolanek a déclaré que sa construction n'était pas une priorité du gouvernement.

Mirek Topolanek, photo: CTK
« Le gouvernement a deux priorités: le Musée national et le Clémentinum. La Bibliothèque nationale n'en fait pas partie et les frais de 1,8 milliard que sa construction entraînerait ne sont pas prévus dans le budget », a indiqué, mardi, Mirek Topolanek. Des mots durs tels que « bolchevisme » et « politicaillerie » sont échangés entre le maire de Prague, Pavel Bem, qui s'est opposé à la construction de la bibliothèque, et l'architecte Jan Kaplicky, qui a admis qu'il se pouvait que tant qu'une solution raisonnable ne sera pas trouvée, Prague ne disposera pas de la bibliothèque dont elle a besoin. Le projet futuriste, qui ne fait pas l'unanimité au sein de la société pour son originalité, a remporté, en mars dernier, un appel d'offres international pour la construction d'une nouvelle bibliothèque nationale. Le maire de Prague, Pavel Bem, qui faisait partie du jury ayant sélectionné ce projet comme victorieux et qui avait alors estimé que la bibliothèque compléterait sensiblement le panorama de Prague et deviendrait un autre bijou de son architecture, a retourné sa veste, sept mois plus tard :

« La bibliothèque ne tient infiniment pas compte du caractère de la réserve historique de Prague et ne respecte pas le plan territorial. »

La mairie de Prague a finalement décidé de ne pas vendre les terrains pour la construction de la bibliothèque à Letna et a proposé d'autres endroits en remplacement, dont Strahov.

Et Jan Kaplicky dans tout cela ?

« Arrêter et détruire était dans les habitudes des bolcheviques, alors que je pensais que dans une démocratie, il est possible de créer, d'édifier quelque chose de nouveau. »

Pour Jan Kaplicky, la construction de la bibliothèque est devenue une affaire politique. Il n'est pas d'accord avec la recherche d'une autre localité, puisque les conditions du concours en seraient modifiées, cas de figure qui se heurterait aussi aux statuts de l'Union internationale des architectes. Il met en garde devant les retombées de la décision prise par la mairie qui risque de décourager d'autres intéressés :

« Qui, selon vous, va répondre à l'étranger à un appel d'offres organisé en République tchèque ? Si Prague le veut réellement, alors je n'y suis pour rien et c'est très triste, je regrette. »

Ces jours-ci donc, les difficiles délibérations pour la construction de la Bibliothèque nationale entre l'architecte Jan Kaplicky et la mairie de Prague commencent et nous vous en tiendrons au courant.