La lutte pour la Télévision tchèque continue

r_2100x1400_radio_praha.png

Pas de trève, même au seuil de Noël, autour de la Télévision tchèque. Le Conseil de la Télévision tchèque ne s'attendait certainement pas à la réaction que sa décision de révoquer Dusan Chmelicek de son poste de directeur général de cette chaîne publique allait provoquer. Dimanche, une quarantaine d'éminentes personnalités de la vie culturelle tchèque ne se sont pas seulement opposées au verdict du Conseil, mais ils sont allés plus loin en réclamant la dissolution de ce dernier. En même temps, ils ont invité les candidats potentiels à se retirer du prochain appel d'offre qui devrait désigner le nouveau directeur général de la télévision. Des pétitions de protestation ont vu le jour aussi à la Télévision tchèque. Ses employés se déclarent prêts à lancer une grève ou une autre forme de boycottage. Pour l'instant, le Conseil ne semble pas s'en inquiéter. Surtout pas son président Miroslav Mares, 26 ans, qui ne trouve, certes, rien d'illégitime dans les protestations, mais qui ne croit pas non plus que le Conseil devrait s'y soumettre. Une nouvelle affaire à suivre sans doute...

Auteur: Jan Uhlir
lancer la lecture