La mine Dukla fermée à cause de lourdes pertes d'exploitation

La mine Dukla, photo: CTK

Ce mercredi, la mine Dukla, exploitée pendant un siècle dans la ville de Havirov en Moravie du Nord, a été fermée. C'est un nouveau chapitre de la reconversion industrielle du bassin minier de Moravie du Nord.

La mine Dukla, photo: CTK
La nationalisation des grandes entreprises, après la Deuxième Guerre mondiale a permis de créer en Moravie du Nord un groupe d'extraction charbonnière, OKD Ostrava qui regroupait 32 mines et plusieurs autres entreprises industrielles. A partir de 1990, le groupe, transformé en une société par actions, a été progressivement restructuré, privatisé et réduit. Entre 1990 et 2001, 14 puits ont été fermés et la reconversion du bassin minier de la région des villes d'Ostrava et de Karvina se poursuit. Aujourd'hui, on ferme donc la mine Dukla qui a cessé d'être rentable à cause de la minceur des filons de charbon. A l'époque de sa gloire, dans les années 1970 et 1980, la mine employait 4000 personnes et produisait quelque 2 millions de tonnes de charbon par an. En 2006, au moment où est tombée la décision de mettre fin à l'exploitation, ils n'étaient que 1600, ce qui représente quand même un problème pour le système social de la région. Milada Halikova, maire de la ville de Havirov, évoque les mesures prises pour aider les employés menacés de chômage :

« Dans le cadre du programme social, on proposera des emplois à la majorité des travailleurs. Une partie des mineurs a déjà été transférée dans des mines de la région. Malgré tout cela, certains ne trouveront pas une occupation correspondante. Il s'agit notamment des personnes qui touchent des rentes et des retraites partielles et qui ont travaillé surtout à l'extérieur de la mine. Il s'agit de 300 à 400 employés environ. »

La mine Dukla, photo: CTK
La direction de OKD a déjà prévu de payer des compensations aux licenciés. Les compensations peuvent atteindre jusqu'à l'équivalent de douze salaires mensuels. On se demande quelle sera la future exploitation de l'aire de la mine désaffectée. Vera Breiova, porte-parole de OKD, explique :

« C'est le début de la période de la fermeture technique de la mine, période pendant laquelle des dizaines, peut-être des centaines de nos ouvriers y travailleront encore. Ce n'est qu'après la fin de ces travaux qu'on pourra entamer la discussion sur une nouvelle exploitation de cette aire. »

C'est donc le moment de procéder à la liquidation des séquelles environnementales de l'extraction charbonnière et à l'ensevelissement des galeries souterraines pour éviter l'effondrement du sol. A l'avenir, la ville de Havirov aimerait y créer une zone industrielle.