La République tchèque devrait augmenter sa consommation des fonds structurels européens

Photo: Commission européenne

La République tchèque ne parvient pas à consommer tous les moyens financiers qui lui sont offerts par les fonds structurels européens. Pour cela, le ministre de l'Aménagement du territoire, Radko Martinek, s'est rendu à Bruxelles pour exposer les problèmes que rencontre la Tchéquie dans ce domaine.

Le ministre de l'Aménagement du territoire Radko Martinek, photo: CTK
Radko Martinek s'est longuement entretenu, dans la capitale belge, avec la Commissaire en charge de la politique régionale, Danuta Hübner. Il a reconnu que la République tchèque n'arrivait pas à consommer pleinement sa part des fonds structurels européens. Aujourd'hui, la Tchéquie n'a consommé que 10 % de l'allocation totale répartie sur les années 2004-2006. Le ministre de l'Aménagement du territoire explique pourquoi :

« La principale raison de ce retard est, d'une manière générale, le fait que nous ne savons pas le faire, comme ne savaient pas le faire les autres pays membres et qui ont dû apprendre. Cela veut dire que nous apprenons actuellement. La seconde raison réside dans le mécanisme compliqué de contrôle institué afin qu'il n'y ait pas de fraudes. Pour cela, le système de financement rétroactif a été choisi, car il présente la plus grande sécurité. »

Ce système de financement rétroactif représente, justement, le plus grand problème dans la consommation des fonds structurels européens. « Ce système ne peut être appliqué par la Tchéquie, car cette dernière est incapable de contracter tous les ans des crédits de dizaines ou centaines de milliards pour la réalisation des projets. Pour cela, il est indispensable de passer à un système de financement progressif » - a déclaré le ministre Radko Martinek lors d'un briefing extraordinnaire. La Commissaire européenne en charge de la politique régionale a reconnu que tous les nouveaux membres de l'Union rencontraient des problèmes semblables et a appelé le ministère de l'Aménagement du territoire tchèque à jouer le rôle de coordinateur dans cette question. De son côté, le ministre Martinek reste optimiste :

Photo: Commission européenne
« La République tchèque n'a pas perdu d'argent jusqu'à maintenant et possède la chance réelle d'utiliser ces moyens financiers au maximum. La République tchèque peut consommer, ou disons plutôt faire la demande de la certification nécessaire à la consommation des fonds structurels jusqu'au mois de novembre de cette année. Nous disposons donc d'assez de temps pour que la situation s'améliore d'une manière significative. »

D'après le ministre, la République tchèque devrait parvenir à consommer dans les 80 % des 13 milliards de couronnes tchèques qui lui ont été alloués par les fonds structurels européens pour l'année 2004. L'offre totale de ces fonds pour la période 2004-2006 est de 45 milliards de couronnes, soit 1 milliard et demi d'euros.