La Tchéquie n'interdira pas la fabrication des farines animales

r_2100x1400_radio_praha.png

La République tchèque ne se joindra pas à la recommandation de la Commission européenne d'interdire pour les six prochains mois la fabrication des farines animales. Plus de détails à ce sujet avec Jaroslava Gissubelova.

Selon Josef Duben, porte-parole de l'Administration vétérinaire de l'Etat, la République tchèque ne prépare pas, pour l'instant, une interdiction pareille. D'abord, elle n'est pas membre de l'Union européenne. Elle n'y serait poussée qu'en cas d'apparition de la maladie de la vache folle. Aucun cas n'a cependant été enregistré en République tchèque. Il n'y a donc pas lieu de lui faire perdre son statut de pays sans l'apparition de cette maladie, même si la production des farines animales n'y est pas interdite, souligne Josef Duben.

La phobie de la maladie de la vache folle va pourtant en se propageant parmi la population tchèque. La vente de la viande bovine a baissé de moitié, en moyenne, et même plus, par endroits. Depuis qu'on a commencé à parler de la vache folle, on vend deux kilos de boeuf par semaine, par rapport à 25 auparavant, se plaint une vendeuse du magasin Delvita qui fait partie du réseau belge Delhaize.

Il n'y a pas de raison de paniquer, disent les experts. En République tchèque, les bovins ne sont pas nourris exclusivement aux farines animales depuis 1990, bien que ces farines soient de fabrication locale ou importées. Or, les gens ne craignent pas seulement la viande, mais aussi les produits laitiers et ceux fabriqués avec des parties de bovins: saucissons, ou les bonbons de gélatine. Les vétérinaires rassurent: la maladie ne se propage ni par l'intermédiaire du lait, ni d'autres produits. Bien qu'ils soient convaincus que cette maladie ne menace pas la Tchéquie, ils ont pris des mesures de précaution sous forme d'interdiction de l'importation du boeuf de Grande-Bretagne, de France, de Suisse et du Portugal et des farines animales de l'ensemble des pays de l'Union européenne. Pour l'instant, ils n'ont pas suivi l'exemple de la Pologne qui a interdit les importations du boeuf de tous les pays des Quinze.