Le 10e Festival du film français regarde de l'avant

r_2100x1400_radio_praha.png

Le Festival du film français souffle ses 10 bougies. Du 22 au 28 novembre prochains les Pragois, mais aussi les habitants de la province pourront venir découvrir les productions françaises récentes ainsi que les grands succès du cinéma hexagonal. Comme l’explique Philippe Boudoux, qui l’organise depuis cinq ans, l’objectif de cet anniversaire était de se tourner vers l’avenir avant tout, avec quelques nouveautés.

« Il y a la création d’une compétition qui va amener plus de films inédits projetés dans le cadre du festival. Le public sera amené à voter pour ces films et le film gagnant pourra être distribué sur la République tchèque et bénéficiera d’un soutien assez important à sa distribution. La deuxième nouveauté, c’est que le festival va avoir lieu dans huit villes, grâce à deux réseaux de multiplexes. Et troisième nouveauté, c’est évidemment ‘On set with French cinema’, qui va permettre à un réalisateur français, en l’occurrence Claude Miller, de venir faire un master-class devant les étudiants de la FAMU, donc les futurs grands talents du cinéma tchèque. »

Ce n’est pas seulement un festival culturel, c’est aussi un festival ‘culturo-commercial’, son but est donc aussi de présenter et soutenir des films qui vont sortir en République tchèque…

« Le Festival du film français est au service des films français, pas l’inverse. Notre métier c’est d’essayer de trouver les solutions les plus à même de promouvoir le cinéma français dans un pays. Comment le faire ? Tout dépend de la réalité du cinéma français dans le pays en question. Aujourd’hui, il y a trente films français distribués chaque année en République tchèque. Ils sont visibles partout. Même dans les plus petits villages tchèques, ces copies arrivent un jour. Si c’est ça l’aspect commercial du cinéma, tant mieux. Ca permet au plus grand nombre d’avoir accès à des films. Et nous, aujourd’hui, on doit tenir compte de ça. On soutient les professionnels tchèques, les distributeurs de cinéma qui achètent les films et les distribuent, les exploitants, les patrons des salles qui les diffusent toute l’année. »

Sur ces cinq ans où vous vous êtes occupé du festival, est-ce que vous arrivez à dire à peu près, à vous rendre compte de ce qui plaît aux Tchèques dans le cinéma français ?

« Les Tchèques ont plus un penchant pour ce qu’on pourrait appeler ‘le cinéma d’auteur français’, que pour les comédies, rigoureusement le contraire du goût des Hongrois par exemple. Sinon, pour les succès de ces dernières années, on retrouve Amélie Poulain, la série des Astérix, des Taxi, et on retrouve surtout le grand succès de l’année 2007 qui est Edith Piaf. »

Rappelons que la bande-annonce du festival a été réalisée par des étudiants de la Famu. Et sinon retrouvez un entretien avec Joël Chapron d’Unifrance, dans une prochaine édition des Faits et Evénements. Il évoquera notamment les changements survenus au cours de 10 ans d'existence du festival.