Le 1er mai 2002 en République tchèque

La traditionnelle manifestation des communistes sur l'esplanade de Letna, photo: CTK

Des rassemblements de la gauche et de l'extrême droite et une atmosphère préélectorale ont marqué le 1er mai de cette année en République tchèque. Son déroulement fut calme, en dépit de quelques accrochages à Brno. Jarka Gissubelova récapitule.

La traditionnelle manifestation des communistes sur l'esplanade de Letna, photo: CTK
La traditionnelle manifestation des communistes a rassemblé sur l'esplanade de Letna plus de 10 000 communistes et leurs sympathisants. La majorité étaient des personnes à l'âge de retraite, nostalgiques du bon vieux temps du communisme. Le chef du parti communiste, Miroslav Grebenicek, a violemment critiqué le gouvernement pour avoir succombé à la« folie capitaliste tendant à privatiser l'ensemble du patrimoine national ». Le chant de l'Internationale a terminé le rassemblement, perturbé par quelques dizaines d'opposants anticommunistes portant la banderole au slogan - La misère rouge.

La social-démocratie a opté pour des festivités populaires. A Prague, un meeting au Parc des expositions, accompagné d'un programme culturel, fut animé par la première dame de la social-démocratie, Petra Buzkova, leader électoral pragois du parti.

Le 1er mai a mobilisé plus de deux centaines de radicaux de gauche, rassemblés à l'Ile des tireurs, à Prague. Après quelques allocutions, ils se sont mis en marche vers le centre-ville, aux cris: non au fascisme, stop aux préparatifs du sommet de l'OTAN à Prague. La police n'a pas été obligée d'intervenir, à l'opposé des années précédentes, marquées par des conflits graves.

La manifestation d'anarchistes à Brno, photo: CTK
Cette année, la principale manifestation d'anarchistes a eu lieu dans la métropole morave, Brno. Une unité spéciale a empêché des accrochages directs d'environ 360 anarchistes et de plus de 400 skinheads. La police a dû recourir aux matraques au moment où les anarchistes ont essayé de percer le cordon policier séparant les deux camps ennemis. Elle est restée en état d'alerte pendant toute la nuit, puisque deux autobus ont amené à Brno le noyau le plus dur de néo-nazis pragois. Tout c'est terminé sans incident. Personne n'a été blessé. Cinq anarchistes ont été arrêtés.