Le bon pain tchèque

Photo: Štěpánka Budková
0:00
/
0:00

Les Français qui vivent à l’étranger disent parfois que l’une des choses qui leur manque le plus lorsqu’ils sont loin de chez eux, c’est le pain blanc ou la baguette qu’ils achètent fraîche, chaude et croustillante, à la boulangerie. Pour les Tchèques de l’étranger, c’est la même chose. On entend ainsi souvent ceux qui ont émigré sous le régime communiste affirmer que le pain a longtemps été pour eux, et reste encore aujourd’hui, source d’une certaine nostalgie. Et pas n’importe quel pain : « český chléb » - « le pain tchèque », précisent-ils toujours. On peut penser ce que l’on veut de la cuisine tchèque. Certains, et pas seulement les Tchèques, l’apprécient beaucoup, la trouvant très goûteuse, d’autres, et pas seulement des étrangers, un peu moins, la trouvant trop lourde. Quel que soit votre avis, il convient néanmoins de reconnaître une chose : le pain tchèque traditionnel est excellent, et ce pain – chléb, fait partie de l’identité culinaire tchèque. Mais aussi de la langue tchèque…

Photo: Štěpánka Budková
Intéressons-nous tout d’abord au mot en lui-même et à son étymologie. Premier constat : « chléb », que l’on peut indifféremment également appelé « chleba », n’est pas un mot d’origine tchèque. On le retrouve en effet sous une forme analogue dans toutes les autres langues slaves, ce qui signifie qu’il existait déjà dans le vieux slave. Sans trop entrer dans les détails sous peine de nous y perdre, disons que ce mot de vieux slave provenait du mot de germanique commun « hlaiba », qui, lui, a servi de base pour d’autres langues comme l’estonien ou le finlandais.

Photo: Archives de Radio Prague
Parmi la grande variété de pains que l'on trouve en République tchèque, le « rohlík » avec sa forme de croissant caractéristique est un des plus consommés. Les Tchèques vous diront certes que le « rohlík » n’est pas vraiment du pain, du moins pas dans le sens où eux le conçoivent, c’est-à-dire dans le sens de « chléb ». Pour eux, le « rohlík » se range donc plutôt dans la catégorie du « pečivo », un mot difficilement traduisible, mais qui désigne des préparations à base de pâte travaillée que l’on fait cuire au four – « pec », éventuellement au feu. En tchèque, cette cuisson au four se dit « pečení », du verbe « péct », une racine qui est également celle (tiens, tiens…) du mot « pekařství » - boulangerie. Le mot « pečivo » est donc utilisé pour toutes les sortes de petits pains que l’on trouve dans les boulangeries tchèques. Mais si ce « pečivo » est salé – « slané pečivo », il peut également être sucré - « sladké pečivo » et il s’agit alors de pâtisseries. Attention cependant, si vous trouverez ces pâtisseries et ce « sladké pečivo » dans une boulangerie, en revanche vous n’y trouverez pas nécessairement, à la différence de la France, de gâteaux – « dorty » et autres desserts – « zákusky ». Pour cela, il existe d’autres commerces spécialisés appelés « cukrárny », un mot dont la racine est composée de « cukr » - sucre. Et celui qui confectionne tout cela, le pâtissier, s’appelle un « cukrář », littéralement le « sucreur » ou peut-être même encore « monsieur sucre », en tous les cas un mot à ne pas confondre avec celui de sucrier, le fabricant de sucre, qui, lui, se dit « cukrovarník ».

Photo: CT24
Pain blanc parfois parsemé de graines de pavot, de cumin noir, de sésame ou de grains de sel, le « rohlík », on revient à lui, est essentiellement consommé sous forme de sandwich. Il est toutefois amusant de constater que s’ils emmènent le sandwich avec eux pour le manger sur la route ou encore par exemple comme en-cas ou goûter que les enfants mettent le matin dans leur cartable avant de partir à l’école, les Tchèques l’ouvriront bien en deux pour le beurrer et y placer une tranche de jambon ou de fromage. En revanche, s’ils consomment ce petit sandwich chez eux, ils se contenteront le plus souvent de placer la tranche de jambon ou de fromage sur le dessus du « rohlík ». Par ailleurs, sa mie généreuse et sa croûte tendre en font un aliment parfait pour accompagner les plats en sauce et les soupes. Mais là encore, précisons que si les Tchèques mangent un « rohlík » (ou une « houska » dont seule la forme ronde diffère) ou encore une tranche de pain – « krajíc chleba », avec leur soupe, ils ne le tremperont jamais dedans, pas plus que dans leur bol de café ou de chocolat le matin ou qu’ils n’essuieront la sauce de leur assiette avec. Selon eux, il s’agit là d’une drôle d’habitude qu’ont les Français, comme une certaine Marie dans la célèbre chanson enfantine qui trempe non seulement son pain dans la sauce, mais même dans le vin…

Photo: Archives de Radio Prague
On pourrait encore parler un petit moment du « rohlík », dire que non, même si c’est du pain blanc et qu’il possède une forme allongée, ce n’est pas de la baguette, même pas une petite baguette… Mais tout cela ne nous dirait toujours pas ce qu’est ce fameux « český chléb » qui manque tant aux Tchèques quand ils sont loin de chez eux, loin de leur « domov », là aussi un mot très intéressant et propre à la langue tchèque qui désigne à la fois la patrie, la maison, le chez soi, le bercail, bref le pays des Tchèques, le pays de leurs ancêtres et de leur culture. Ce mot et cette notion de culture sont importants, car ce sont eux également que l’on retrouve dans l’amour que les Tchèques portent à leur pain.

Le « český chléb » est donc plus « costaud » que le pain français blanc que l’on connaît. En fait, il s’agit d’un pain en forme de miche, plus foncé s’il est à base de farine de seigle et plus clair si cette farine est mélangée à de la farine de blé. Dans ce cas, ce pain s’appelle « šumava », comme le massif montagneux de Bohême du Sud qui se situe aux confins de la République tchèque, de l’Allemagne et de l’Autriche.

C’est avec ce joli nom de pain que s’achève ce « Tchèque du bout de la langue ». On se retrouve dans quinze jours pour d’autres découvertes sur le pain et la langue tchèque, car il y a encore bien des choses à dire... D’ici-là, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !