Le parti majoritaire de la coalition gouvernementale, l’ODS, connaît des dissensions internes

De izquierda: Petr Tluchoř, Mirek Topolánek y Alexandr Vondra (Foto: CTK)

Critique de la Russie pour sa démonstration de sa force sur le territoire d’un autre Etat souverain, appel à l’intégration de la Géorgie dans l’OTAN, soutien réitéré à l’installation du radar américain sur le sol tchèque et critique des députés ODS rebelles – tels sont les principaux points sur lesquels le conseil exécutif du Parti civique démocrate – ODS, principale formation de la coalition gouvernementale a pris, lundi, une décision.

Petr Tluchoř, Mirek Topolánek et Alexandr Vondra, photo: CTK
La première résolution de la direction de l’ODS adoptée depuis le début des vacances pointe les thèmes majeurs de l’actualité, en formulant la position du plus fort parti du gouvernement tchèque à cet égard. La crise dans le Caucase, premièrement. Une fois de plus, après que le chef du cabinet et de l’ODS Mirek Topolánek a exprimé, la semaine dernière, son opposition vis-à-vis de l’opinion du président de la République et chef d’honneur de l’ODS, Václav Klaus, qui a défendu la Russie dans la crise en Géorgie, la résolution critique la Fédération russe pour son agression. On écoute Alexander Vondra, ministre aux Affaires européennes :

« La réaction précipitée de la Géorgie aux tendances séparatistes croissantes en Ossétie du Sud ne peut pas cacher le véritable aspect des choses, à savoir qu’il s’agissait du côté de la Russie d’une instigation préméditée et de longue durée. La Russie a profité de l’escalade du conflit en Ossétie pour faire une démonstration de force sur le territoire d’un autre Etat souverain et pour déplacer le conflit en Abkhazie. L’ODS suit avec inquiétude les véritables objectifs de l’agression russe qui sont une violation de l’intégrité territoriale de la Géorgie, la séparation des territoires d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie et le remplacement du gouvernement du président géorgien pro-occidental Saakashvili par un régime pro-russe. »

Mirek Topolánek, photo: CTK
La direction de l’ODS fait appel à des négociations urgentes sur l’admission de la Géorgie dans l’OTAN, après que le dernier sommet de l’Alliance à Bucarest a laissé ce pays au seuil de ses portes. Selon le chef du parti et du gouvernement Mirek Topolánek, l’actuelle évolution de la situation autour du conflit opposant la Russie et la Géorgie confirme aussi le bien-fondé de l’implantation du radar américain sur le sol tchèque. Dans ce contexte, l’ODS salue la signature d’accords sur la défense antimissile entre les Etats-Unis et la Pologne, ainsi que l’achèvement des négociations sur le statut des forces militaires dans la future base radar sur le sol tchèque.

Le dernier point de la résolution est d’ordre interne et lance un avertissement sérieux aux députés rebelles de l’ODS. La direction du parti les critique pour avoir voté avec l’opposition contre les projets présentés par leur propre parti. Dernièrement, cinq députés ODS autour de Vlastimil Tlustý ont voté contre le projet de loi sur les allocations sociales soumis par le ministre du Travail Petr Nečas. La coalition bénéficie d’une majorité fragile à la Chambre des députés et Mirek Topolánek ne cache pas que la position du gouvernement dans cette chambre est problématique.