Le président de la République et le gouvernement à propos de la politique européenne

r_2100x1400_radio_praha.png

Les affaires européennes sont au centre de l'attention de la politique étrangère de la République tchèque, car elles ont été le thème principal de la réunion du chef de l'Etat avec les représentants du nouveau gouvernement. Une identité de vue a, certes, été constatée, mais des réserves ont aussi été formulées.

Vaclav Klaus, Mirek Topolanek, Alexandr Vondra, Karel Schwarzenberg, photo: CTK
Il n'existe aucun différend majeur concernant l'orientation de la politique étrangère tchèque entre le président de la République et le gouvernement. C'est le résultat de la réunion, au Château de Prague, du chef de l'Etat Vaclav Klaus, du Premier ministre Mirek Topolanek, du chef de la diplomatie Karel Schwarzenberg et du vice-premier ministre pour les Affaires européennes Alexandr Vondra. Ce dernier a présenté deux raisons primordiales pour la tenue de telles réunions :

« Le rôle du président de la République est incontournable et important. Ensuite, la coordination est primordiale pour un petit pays tel que le nôtre et la discussion a démontré que nous sommes capables de trouver un esprit commun. »

La Tchéquie ne serait pas seule non plus a exprimer cette opinion, la Grande-Bretagne et la Pologne pourraient la rejoindre. Lundi, à Bruxelles, le chef de la diplomatie Karel Schwarzenberg, s'est montré très concis en déclarant : « Nous n'avons encore rien proposé sur cette question qui est très discutée. » Le Parti des Verts a émis des réserves sur la nomination de Jan Zahradil à côté de l'adjoint d'Alexandr Vondra et de l'ancien ministre de la Défense, Jiri Sedivy, en tant que négociateur pour la Constitution européenne. L'Allemagne, qui préside l'Union européenne, s'attendait plutôt à la nomination de hauts fonctionnaires qu'à celle de politiciens. Bien que Zahradil ait, de nouveau, exprimé le refus de la Constitution européenne dans la presse, ce qui est plutôt la position de son parti l'ODS, on en attend le respect de l'opinion de toute la coalition gouvernementale. Après la réunion, Alexandr Vondra a encore précisé qu'on attendait les propositions de la présidence allemande de l'Union, dont le résultat sera la Déclaration de Berlin. Elle devrait tracer le futur chemin de la Constitution européenne. Vendredi, la chancellière allemande, Angela Merkel, sera à Prague. Comme on le sait, elle s'est fixé comme principal objectif de trouver la solution à l'avenir du Traité constitutionnel européen, que la Tchéquie n'a pas signé et qui pourrait, peut-être, faire l'objet d'un référendum.