Le rituel du couronnement des rois de Bohême

Korunovační koruna

Les 630 années qui se seront écoulées depuis le couronnement de Venceslas IV empereur germanique romain, le 10 juin 1376, sont une occasion de revenir sur le rituel du couronnement des rois de Bohême. Venceslas IV fut, en effet, le premier roi couronné selon un nouveau rituel établi par son père, Charles IV. La cérémonie est rapprochée par une exposition inaugurée au Château de Prague et intitulée « L'histoire des couronnements ». La lecture du texte du rituel vieux de plus de six cents ans, inspiré du sacre des rois de France, avec la description des moindres détails, gestes et paroles prononcées au cours de la cérémonie, est une histoire captivante qui nous en apprend beaucoup sur la vie de nos ancêtres.

Vratislav II
Le premier roi couronné dans l'histoire tchèque fut Vratislav II en 1085. Le rituel voulait que la couronne soit posée sur sa tête par l'empereur germanique et qu'il reçoive le sacre des mains de l'archevêque de Mayance. A partir de 1158, et définitivement en 1212, la couronne de Bohême est devenue héréditaire. Les princes de la dynastie des Premyslides n'accédaient pas au pouvoir après un sacre : leur pouvoir provenait de leurs victoires et les princes étaient introduits dans leurs fonctions sur un siège en pierre placé sur la colline où se dresse aujourd'hui le Château de Prague. Un tournant dans ce rituel se produisit en 1060, lorsque le prince Spytihnev des Premyslides obtenut du pape Nicolas II le droit de porter une mitre jusqu'alors réservée aux évêques. Le règne des princes des Premyslides s'enrichit ainsi d'une dimension spirituelle. En 1086, les bénédictins du couvent de Brevnov commandèrent à Ratisbonne, pour les besoins de la cérémonie du couronnement, le Codex de Vysehrad, chef-d'oeuvre d'enluminure médiévale contenant, dans sa partie finale, les textes lus pendant le rituel du couronnement.

Charles IV
Le véritable rituel du couronnement ne fut initié qu'en 1347 par Charles IV, couronné la même année selon l'ancien rituel dans la basilique romane du Château de Prague. Ses insignes lui furent remis au cours d'une messe solennelle et la couronne posée sur sa tête par l'archevêque Arnost de Pardubice qui, dans le même temps, orna d'un diadème sa première épouse française, Blanche de Valois. Le lendemain du sacre, Charles IV décida de préparer un nouveau rituel du sacre qui allait être pratiqué au Château de Prague jusqu'en 1836, date du couronnement du dernier roi Ferdinand V de la dynastie des Habsbourg.

Pour ce nouveau rituel, Charles IV s'inspira du sacre des rois de France tout en l'enrichissant d'éléments propres à la Bohême : la veille du couronnement, le cortège royal se dirigeait à Vysehrad où le souverain rendait hommage au fondateur mystique de la famille des Premyslides, Premysl le Laboureur. Le rituel fut enrichi de prières relevant du choix de Charles. L'idée était d'établir l'image d'un roi idéal qui, après avoir reçu l'onction du sacre, devenait un « envoyé » du Christ.

Comme on peut le lire dans le texte du rituel, le roi, l'évêque, les princes et d'autres membres du cortège revenaient de Vysehrad au Château de Prague pour se rendre aux vêpres avant d'accompagner le roi dans sa chambre solennellement décorée. Le matin, l'archevêque de la cathédrale, les évêques et les prélats, qui portaient l'épée de Saint Venceslas, les croix, les encensoirs et l'eau bénite, se rendaient au palais pour conduire le souverain à l'église. Sur leur chemin, ils récitaient des prières et les princes portaient les insignes du pouvoir royal : la couronne, l'épée, le sceptre et le globe qu'ils déposaient ensuite sur l'autel de l'église Saint-Guy. Le roi se dirigeait vers le trône installé devant l'autel et, agenouillé, écoutait les prières et les psaumes. S'ensuivaient le serment prêté devant Dieu, les litanies, la messe, le rituel de l'onction, la bénédiction et la remise des insignes. Enfin, la couronne était posée sur la tête du roi : l'archevêque le bénissait et lui ordonnait de s'asseoir sur le trône. Le roi était acclamé et félicité par le clergé qui chantait Te Deum laudamus et le plus vieux chant tchèque Hospodine pomiluj ny - Seigneur, ayez pitié de nous...

Le rituel du couronnement voulait que le sacre du roi soit suivi du couronnement de la reine. Celle-ci recevait des mains de l'archevêque un globe différent de celui qui appartenait au roi, l'agneau de la foi et, finalement, la couronne. Elle était conduite sur le trône, accompagnée par l'abbesse du couvent Saint-Georges au Château de Prague dont la présence était exigée à chaque fois au rituel. La cérémonie se poursuivait par la bénédiction et la lecture de l'évangile selon saint Matthieu. Le roi était ensuite invité à sacrifier du pain, du vin et autant d'or qu'il considérait comme adéquat à sa dignité de roi. La cérémonie du couronnement se terminait par des prières et la communion.

Venceslas IV
Le premier roi de Bohême couronné selon ce nouveau rituel établi par Charles IV fut son fils, Venceslas IV. Il reçut le sacre à l'âge de deux ans. Après sa mort, le deuxième fils de Charles IV, Sigismond, fut couronné en hâte, en juillet 1420, après la bataille perdue contre les hussites au mont de Vitkov, pour quitter peu de temps après la Bohême. Après sa mort, la couronne échut à son gendre, Albrecht de Habsbourg, couronné en 1438. Son fils, Ladislas, dit le Posthume puisque né après la mort de son père, reçut le sacre en 1453 mais il mourut prématurément. Le souverain suivant, Georges de Podebrady, n'accéda pas au trône après un sacre, mais suite à une élection. Un procédé tout à fait inhabituel en Europe médiévale, le candidat ne pouvant pas présenter les prétentions dynastiques. Georges de Podebrady fut couronné en mai 1458. Souhaitant, tout d'abord, que l'un de ses fils hérite du titre, il finit par proposer lui-même, comme candidat au futur roi, Vladislas Jagellon, couronné en 1471. La mort tragique du fils de ce dernier, à l'âge de 3 ans, ouvrit la voie aux Habsbourg sur le trône de Bohême, en 1526. Entre 1085, date du couronnement du premier roi de Bohême, et 1526, 13 rois et 17 reines reçurent le sacre au Château de Prague. Si l'on y ajoute les rois de la dynastie des Habsbourg, leur nombre s'élève à 16 rois et 21 reines.