Les attentes tchèques après la victoire de Barack Obama

Barack Obama, photo: CTK

Les Américains viennent donc d’élire un nouveau président. Ils ont choisi le changement et après l’ère du républicain George Bush, ce sera de nouveau un démocrate qui dirigera le pays. Le changement est certainement encore plus important, car les Américains ont choisi, pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis d’Amérique, un homme de couleur pour conduire leur destinée. En Tchéquie, les réactions à ce choix sont positives, mais qu’est-ce que la scène politique tchèque attend vraiment du nouveau chef de la Maison Blanche ?

Barack Obama, photo: CTK
L’un des premiers à féliciter Barack Obama a, bien entendu, été le chef de l’Etat tchèque, Václav Klaus. Dans sa lettre de félicitations, le président a mis l’accent sur les liens historiques entre la République tchèque et les Etats-Unis d’Amérique et écrit entre autres: « Nous ne pouvons oublier que les Etats-Unis ont contribué à la naissance de notre Etat moderne. Il y a peu de temps, nous avons développé nos relations par l’alliance au sein de l’OTAN. Pour cela, même après l’entrée de notre République dans l’Union européenne, la coopération euroatlantique reste un pilier de la politique étrangère tchèque ». Václav Klaus a aussi invité Barack Obama à effectuer une visite officielle en République tchèque, peut-être à l’occasion du sommet de l’OTAN à Prague, au printemps 2009. Le Premier ministre tchèque, Mirek Topolánek, a mentionné aussi qu’il s’attendait à la victoire de Barack Obama. Ses premières réactions ont été suivies de ce qu’il attendait du nouveau locataire de la Maison Blanche, dans une interview diffusée sur la première chaîne de la Radio tchèque. On l’écoute :

Mirek Topolánek, photo: CTK
« Je voudrais tout d’abord adresser mes félicitations au futur nouveau président américain. D’un autre côté, Barack Obama a promis beaucoup de choses pendant sa campagne électorale, et les mois à venir vont montrer s’il est vraiment préparé à sa fonction. L’élection du candidat démocrate, d’après moi, ne résoud pas les problèmes américains et les Etats-Unis restent divisés. C’est donc à Barack Obama de les réunir et de trouver les solutions aux problèmes qui les préoccupent. J’espère que nous aurons le plaisir d’accueillir Barack Obama, lors du sommet pragois des Vingt-Sept de l’Union européenne. C’est d’ailleurs au nom de celle-ci que l’invitation lui sera envoyée. »

Pour le chef de la diplomatie tchèque, Karel Schwarzenberg, le principal est que les citoyens des Etats-Unis ont enfin démontré que la couleur de la peau n’est pas le plus important et qu’ils ont été capables d’en terminer avec les fantômes racistes du passé. D’après lui, l’élection de Barack Obama à la Maison Blanche est un changement intéressant non seulement pour les Etats-Unis, mais aussi pour le monde, et il reconnaît que les tâches que le président des Etats-Unis devra réaliser sont importantes, mais que celui-ci est jeune et plein d’énergie. Les sociaux-démocrates sont, bien entendu, satisfaits de l’élection d’un démocrate à la présidence des Etats-Unis, bien qu’il se doit de constater que les démocrates américains sont assez éloignés des sociaux-démocrates tchèques. Pour le président de la social-démocratie, Jiří Paroubek, ces élections présidentielles sont historiques et représentent un grand espoir pour les Etats-Unis et le monde entier.

Photo: CTK
Le « mot de la fin », à l’issue de l’élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis, revient à Petr Kolář, ambassadeur de la République tchèque à Washington :

« Peut-être que pour nous, Européens, cela va demander plus de travail, il est possible que le nouveau président nous demande un plus grand engagement. En raison des reproches qui ont été adressés au président Bush, il est probable que le nouveau président nous consultera beaucoup plus, mais d’un autre côté, il attendra davantage de nous. »

Alors que l’une plus grandes tâches du nouveau président des Etats-Unis sera, certainement, le redressement de l’économie américaine qui rencontre les plus grands problèmes depuis 70 ans, il semble que le monde de la finance ne soit pas particulièrement touché par le changement important que l’élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis représente. Les places boursières mondiales, dont celle de Prague aussi n’ont pas manifesté de grandes émotions. Tout juste une petite baisse des cours à Prague.