Les chasseurs ne savent pas seulement chasser

Photo: Daniel Beránek, Creative Commons 3.0
0:00
/
0:00

Au début du mois de mars, ce qui veut dire que nous prendrons congé de l'hiver dans peu de temps, il nous semble qu'il serait bon de vous présenter une activité qui attire un très grand nombre de touristes étrangers en République tchèque. Nous voulons parler de la chasse, mais sous un tout autre angle. En effet, les chasseurs ne savent ps seulement chasser, car ils doivent aussi s'occuper de ce qui est l'objet de leur passion, du gibier. Voyons donc ce qui se passe actuellement, à la fin de l'hiver, dans les champs, bois, bocages et forêts tchèques.

Photo: Mehmet Karatay, Creative Commons 3.0
Cette année, avec un hiver qui n'a pas du tout été celui que nous connaissons habituellement, on pourrait penser que le gibier, petit ou gros, a bénéficié de conditions de vie idéales. Pas d'épaisse couche de neige recouvrant de son blanc linceul les petites pousses qui servent à la nourriture des animaux sauvages pendant la période la plus difficile de l'année. Pas de gel intensif qui oblige souvent les daims, les biches, les cerfs, les sangliers à se cacher dans les endroits les plus retirés des forêts, les lapins de garenne et les lièvres à se terrer littéralement dans leurs terriers en attendant les belles journées du printemps. D'un autre côté, un hiver clément invite les touristes et les promeneurs à venir dans les bois et forêts et, en fin de compte, ils représentent le plus grand danger pour le gibier.
Photo: Jojo, Creative Commons 3.0
En effet, beaucoup de promeneurs se rendent dans les bois avec leur « meilleur ami », leur chien. Ils le laisse fureter par ci et par là, lever un lièvre, une biche ou même un cerf au repos, en cette saison de l'année. Il semble que la loi soit très peu respectée, ou plutôt très peu connue au sein de la population. En effet, la loi sur la chasse interdit rigoureusement la libre circulation des chiens dans les champs, les bois et forêts, à plus forte raison dans les terrains de chasse ou chasses gardées. Pourquoi ? Parce que le chien en liberté risque de lever une bête au repos hivernal, qui va naturellement tenter de fuir, d'échapper à l'intrus. Elle va donc se fatiguer inutilement et les pièces les plus faibles risquent de perdre la vie, en raison de la fatigue ou, le plus souvent, des causes d'un refroidissement, d'une pneumonie.
Photo: Daniel Beránek, Creative Commons 3.0
Pour cela, l'Union tchéco-morave des chasseurs appelle tous les propriétaires de chiens à les promener seulement en laisse, lorqu'ils les sortent dans les bois, dans la nature en général. Les chasseurs et les protecteurs de la nature mettent en garde contre un nouveau fléau pour le gibier qui se développe de plus en plus avec la hausse du trafic automobile. Il s'agit des promenades en automobile des chiens ou autres animaux domestiques. Les propriétaires se rendent en voiture à l'orée des bois, lachent leurs chiens qui lèvent et poursuivent très souvent le gibier, sans aucun contrôle. Les automobilistes dévastent les terrains alentours, à bord de 4 x 4 ou très souvent de motos. Ils dérangent ainsi le gibier pour qui la saison hivernale est celle du repos, avant les naissances du printemps. L'Union tchéco-morave appelle donc les touristes tchèques ou étrangers, les citoyens en général, à un plus grand respect de la nature et de ses habitants, surtout vers cet fin de l'hiver qui n'a pas été rude, certes, mais qui n'a pas non plus offert le repos souhaité au gibier des contrées tchèques, moraves et silésiennes.

Photo: Hans-Jörg Hellwig, Creative Commons 3.0
Nous avons déjà évoqué les dangers représentés par les propriétaires de chiens qui sortent les promener en voiture. Pourtant, le plus grand danger pour le gibier, particulièrement à la fin de l'hiver et au début de printemps, est représenté par la circulation automobile sur les routes de campagne ou qui traversent les forêts. L'Union tchéco-morave des chasseurs met en garde les automobilistes, les appelle à la vigilence. Pourquoi ? Parce que le gibier, vers la fin de l'hiver, commence à migrer, cherche de la nourriture ou des partenaires pour la reproduction. Une bête peut vous barer la route, si elle a été levée par un chien ou pour une autre raison. Il ne faut donc pas oublier aussi que sur une route humide, couverte de neige ou de verglas, le freinage est beaucoup plus long. Pour cela, il est indispensable dans les régions à forte concentration de gibier, de compter avec les daims, les biches, les cerfs ou les sangliers qui peuvent avoir envie de traverser la route, tout juste devant vous.
Photo: Bill Ebbesen, Creative Commons 3.0
Aussi bien de jour que de nuit. Et apprenez aussi que les lapins de garenne sont de grand fervants des petites pousses d'herbe qu'ils trouvent au printemps sur les bords des routes. En plus de cela, ne soyez pas étonnés de voir apparaître, à un tournant d'une route de campagne, un lapin qui se roule de plaisir sur le goudron de la chaussée ! Rien d'anormal pour lui, car il séche tout simplement sa fourrure sur la route réchauffée par les rayons printanniers du soleil ! Donc si vous voyez un panneau indiquant en tchèque « Pozor zver », ce qui veut dire « Attention gibier », veuillez lever le pied, car une rencontre avec du gros gibier, par exemple, se solde souvent par une voiture complètement détruite, vouée à la casse et un conducteur qui se retrouve pour longtemps à l'hôpital... Cela dans le meilleur des cas !

Photo: Jerzystrzelecki, Creative Commons 3.0
Ces conseils concernant le gibier, vous ne les trouverez pas souvent dans les guides touristiques. Pourtant, il faut savoir que la République tchèque est un petit paradis de la chasse. Ces dernières années, il y a même une surpopulation de certaines espèces, comme les sangliers, les chevreuils. Une petite histoire personnelle pour documenter qu'il est bon de faire très attention sur les routes de campagne, en hiver ou au début du printemps. Dans le Paradis tchèque, une magnifique région de la Bohême, vous serez certainement attirés par la vue de rapaces assez grands qui sont souvent perchés sur les arbres qui bordent les routes. Il peut arriver que ces rapaces, des buses, mais aussi des faucons ou même des grands-ducs, prennent leur envol juste au moment où vous passer en voiture. Alors attention, car ils volent très bas et peuvent facilement heurter votre toit. Cela m'est arrivé. Plus de peur que de mal, mais que serait-il arrivé si le pare-brise de ma voiture les avait freiné dans leur vol ?

Photo: Bernard Landgraf, Creative Commons 3.0
Et que se passe-t-il actuellement dans les bois, les chasses ? Les perce-neiges montrent leurs nez, les loups (il y en a deux hordes en Tchéquie, dans les Beskydes) s'accouplents, tout comme les renards, les lapins de garenne. Les oies sauvages arrivent du nord. Les corbeaux migrateurs quittent la Tchéquie pour être remplacés par les alouettes. Vers la fin du mois de février et au mois de mars, ce sont les lynx et les loutres qui se consacrent à la reproduction. De leur côté, les chevreuils se parent de nouveaux bois... Et pour finir cette rubrique touristique consacrée à la chasse, mais sous un tout autre angle, quelques dictons tchèques de saison sur le gibier.
Photo: Guido Gerding, Creative Commons 3.0
Par exemple, sachez qu'à la Saint Mathieu (février dans le calendrier tchèque), le renard court pour la dernière fois sur la glace. Ou bien qu'à la Chandeleur, le berger préfère le loup au soleil, ou que si le blaireau sort de son terrier au début du mois de février, il y retournera bien vite pour un mois encore. En vous invitant à être prudents sur les routes de campagne, dans les bois et forêts tchèques, nous vous souhaitons de merveilleuses rencontres avec les animaux sauvages peuplant en grand nombre les contrées de la Tchéquie, des rencontres dont vous garderez de merveilleux souvenirs, sans pour autant que ces animaux n'en ressentent un quelconque ombrage.