Les députés pour plus d'argent aux partis politiques

r_2100x1400_radio_praha.png

Encore une surprise a eu lieu, ces derniers jours, sur la scène politique tchèque... D'habitude, la Chambre des députés met des mois et des mois avant d'adopter une loi. Or, dans le cas de la prescription sur les subventions de l'Etat pour les partis politiques, les députés l'ont discutée et aprouvée à une vitesse de fusée : en trois jours. Plus intéressant encore, il s'agit d'un coup-éclair rendu au président de la République. Je m'explique... Il y a un certain temps, le Président Havel a porté plainte auprès de la Cour constitutionnelle contre le financement des partis politiques. Pourquoi ? L'année dernière, le Parlement tchèque avait voté une augmentation de la subvention financière de l'Etat pour chaque député et sénateur, et ceci de 500 000 à 1 million de couronnes tchèques (moins de 200 000 FF). Les juges ont donné raison à Vaclav Havel, craignant que ce changement ne favorise les partis politiques les plus forts, et ils ont annulé, mardi dernier, la décision du Parlement. Mais les députés tchèques ne renoncent pas si facilement... De peur, comme ils affirment, que leurs partis ne se retrouvent bientôt sans une seule couronne dans la caisse, ils se sont mobilisés à une rapidité qui coupe le souffle et ont voté, vendredi, une subvention de 900 000 couronnes par siège au Parlement. La loi doit encore être adoptée par le Sénat et signée par le Président. Il serait étonnant si Vaclav Havel n'avait pas d'objections. D'après les juristes, la loi finira de nouveau à la Cour constitutionnelle. Cercle vicieux, semble-t-il...

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture