Les députés retrouvent les bancs parlementaires

Photo: CTK

Les députés tchèques se sont réunis en séance inaugurale à la Chambre des députés ce lundi, pour la première fois depuis les élections d’octobre dernier. La social-démocratie (ČSSD), le mouvement ANO et le parti chrétien-démocrate (KDU-ČSL), les partis qui devraient former une coalition gouvernementale tripartite, se sont également réunis ce lundi, afin de commencer à définir les grands traits de leur programme commun.

Photo: CTK
Les députés tchèques ont prêté serment devant la Chambre basse du Parlement après avoir reçu l'attestation de leur élection au poste de député, ce lundi. Les 200 sièges de la Chambre des députés se partagent entre sept partis, un chiffre record. Les nouveaux parlementaires, amenés à fréquenter le bâtiment de la rue Sněmovní, ont été initiés au système de vote. Car selon le chancelier de la Chambre des députés, Petr Kynštetr, même les plus chevronnés auraient tendance à se tromper en votant. Petr Kynštetr a évoqué certains éléments pratiques, tels que la possibilité pour les députés, n’habitant pas Prague, d’occuper des logements de fonction, ou de trouver leur propre appartement, en utilisant l’indemnité versée par l’Etat, et dont le montant s’élève à 17 000 couronnes par mois, soit 680 euros. Durant les deux derniers mois, la Chambre des députés n’a pas pris la poussière comme l’a aussi expliqué Petr Kynštetr :

« Tout de suite après la dernière séance à la Chambre des députés, nous nous sommes mis au travail, nous avons repeint les salles, tous les espaces ont été nettoyés, la chaufferie, qui était dans un état de délabrement, a été rénovée, ainsi que les installations sanitaires. Et la grande salle de réunion a également été rénovée, en raison des dommages causés par l’usure du matériel, pendant les quatre dernières années. Donc il y avait beaucoup de travail. »

Miroslava Němcová et Petr Kynštetr, photo: CT24
La Chambre des députés sera dirigée par son ancienne présidente, Miroslava Němcová (ODS), jusqu’à ce qu’un nouveau président soit élu. Si Miroslava Němcová n’avait pas été réélue députée, c’est le plus ancien des députés qui aurait repris le flambeau. A propos du déroulement de cette première séance inaugurale, dont la durée n’a pas dépassée deux heures, Petr Kynštetr raconte :

« Des propositions sont émises quant aux noms des candidats de la Commission électorale et du Comité des mandats et des immunités. Les députés disposent d’une échéance de 24 heures pour soumettre les noms des candidats à la présidence de la Chambre des députés, à savoir le nom du président et des quatre vice-présidents de la Chambre. La réunion se poursuivra très probablement ce mercredi. »

Après s’être réunis pour la première fois tous ensemble ce lundi également, les sociaux-démocrates, le mouvement ANO et les chrétiens-démocrates se sont en effet mis d’accord sur une présidence de la Chambre des députés composée de cinq membres. Ce mercredi aura lieu le vote qui décidera enfin de la composition de cette présidence. Les trois partis ont fait savoir, qu’ils soutiendraient les candidats qu’ils ont choisis ensemble. Ainsi, Jan Hamáček, du parti social-démocrate est pressenti au poste de président. La vice-présidence devrait être concédée à Jaroslava Jermanová, du mouvement ANO, et à Pavel Bělobrádek, l’actuel président des chrétiens-démocrates.

Toutefois, après la réunion de lundi, ce même Pavel Bělobrádek a déclaré qu’il n’était pas encore certain de la participation du KDU-ČSL à la coalition gouvernementale. Pavel Bělobrádek :

Andrej Babiš,  Bohuslav Sobotka, Pavel Bělobrádek, photo: CTK
« Nous ne sommes évidemment pas sûrs, car tout n’est pas encore négocié. Nous nous trouvons toujours dans une phase de négociations relativement essentielle par rapport au programme final. Les négociations se poursuivront. Et je suis content du fait qu’elles doivent s’intensifier la semaine prochaine, et qu’elles seront tripartites. »

Les représentants des trois partis se sont néanmoins mis d’accord sur le fait de soutenir les quatre textes législatifs, qui devraient être votées lors de la première séance à la Chambre des députés. Ces textes concernent le code civil, le financement de la santé et la loi sur les offres publiques.