Les projets et les ambitions du nouveau directeur du Théâtre national

Ondrej Cerny, photo: CTK

Ce lundi, le ministre de la Culture Vaclav Jehlicka a installé dans ses fonctions le nouveau directeur général du Théâtre national de Prague. L'ancien directeur de l'Institut du Théâtre de Prague, Ondrej Cerny, envisage de procéder à une transformation du statut du Théâtre national.

Ondrej Cerny, photo: CTK
Pas de révolution mais une transformation lente et profonde. C'est ainsi qu'on pourrait résumer les objectifs du nouveau directeur du plus grand et plus important théâtre de République tchèque qui réunit trois ensembles différents - la troupe de théâtre dramatique, la troupe de ballet et l'opéra. Chacune de ces troupes a son propre directeur. Le premier jour de son mandat, Ondrej Cerny a confirmé dans leurs fonctions le chef de la troupe de théâtre dramatique Michal Docekal, le chef du ballet Petr Zuska et a nommé le jeune metteur en scène Jiri Herman chef de l'opéra. Il a expliqué aussi ses objectifs et ses ambitions :

« Mes tâches sont surtout de longue durée. J'ai un mandat de six ans et je me suis donné pour objectif de changer le statut et le cadre juridique du Théâtre national. Je souhaite transformer le Théâtre national, qui est une institution d'Etat, pour en faire une institution de droit public. Cela ne touchera pas tellement les activités quotidiennes du théâtre mais plutôt sa situation dans le contexte juridique et économique. (...) Autrement dit, cela devrait contribuer à la stabilité de ce grand organisme. »

Pour parvenir à cet objectif, Ondrej Cerny envisage notamment de réduire les compétences du directeur général du théâtre. Cela peut paraître un peu paradoxal, mais il est le directeur qui s'apprête à limiter ses propres compétences :

Nouvelle scène
« Vous savez, le directeur général ne doit pas avoir, à mon avis, les compétences artistiques, il ne doit pas être la personne qui décide si tel ou tel chef d'ensemble fait bien son travail et si son projet est le bon. Je pense que ce genre de théâtre, qui n'existe d'ailleurs qu'en Europe centrale et qui est une institution abritant trois ensembles différents, évolue vers un établissement dont le directeur sera plutôt un manager et coordinateur, et dans le cadre duquel les chefs des ensembles seront tout à fait indépendants. »

A l'avenir, les chefs des trois ensembles du Théâtre national devraient donc être nommés et révoqués par le ministre de la Culture sur recommandation d'une commission spéciale. Ondrej Cerny souhaite aussi mettre à la disposition de l'ensemble du théâtre dramatique et du ballet Nova scéna (Nouvelle scène), salle située tout près de l'édifice historique du Théâtre national, et qui est réservée aujourd'hui aux spectacles de l'ensemble Laterna magica (La Lanterne magique).