Les skinheads devant le tribunal

r_2100x1400_radio_praha.png

On reproche souvent à la République tchèque de discriminer les Roms, de ne pas assez punir des actes de racisme. Le procès avec un groupe de skinheads, qui vient d'avoir lieu à Ceske Budejovice, au sud de la Bohême, montrerait plutôt le contraire... Magdalena Segertova a plus d'informations.

Ceske Budejovice, ville tout à fait calme et typiquement tchèque, n'est pas habituée à la violence. Lorsqu'elle a vécu, il y a un an et demi, une attaque brutale des skinheads contre les Roms, ses habitants ont été plus que choqués. Qu'est-ce qui s'est passé exactement? Le 22 novembre 1999, au soir, les Roms font une fête au restaurant l'Etoile Bleue. Dans un bar à côté, quelques dizaines de têtes rasées célèbrent l'anniversaire de l'un d'entre eux. La soirée se termine très mal : un groupe de vingt-quatre skinheads se met à jeter des bouteilles et des pierres contre les Roms, ils crient des slogans racistes et font le salut nazi. Résultat? Restaurant endommagé, sept Roms, deux skins et un agent de police blessés. Mais ce n'est pas tout... Une vague d'immigrés rom venant de la République tchèque inonde la Grande-Bretagne, les témoins de l'incident ont peur de se présenter devant le tribunal.

Le juge a envoyé, mercredi, six têtes rasées derrière les barreaux, et ceci pour une période de 18 à 30 mois. Quinze skinheads ont été condamnés avec sursis, deux innocentés seulement. La plupart des condamnés ont fait appel. Finalement, les condamnations ont été encore plus sévères que celles, proposées par procureur. Les réactions des spécialistes au résultat du procès ? Elles sont, en majorité, favorables. Or, de nombreuses voix, comme par exemple celle de Markus Pappe, journaliste allemand qui défend les droits des Roms en République tchèque, se sont élevées contre le travail de la police : Bien qu'un expert ait trouvé sur place la trace d'une balle, la police n'a pas prouvé aux skinheads qu'ils avaient tiré sur les Roms...

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture