Les Tchèques ont commémoré avec émotion le 30e anniversaire de la révolution de Velours

Фото: ЧТК/Шалек Вацлав

Partout dans le pays, les Tchèques ont commémoré, ce dimanche, le 30e anniversaire de la révolution dite de Velours. Le 17 novembre 1989, sur une initiative des étudiants, s’est tenue à Prague la première des manifestations qui ont abouti à la chute du régime communiste dans l’ancienne Tchécoslovaquie et à l’élection, le 29 décembre, du dissident Václav Havel président de la République.

Photo: ČTK/Vondrouš Roman
Des centaines de manifestations rappelant les événements de l’époque ont été organisées un peu partout dans le pays. Dans la matinée, la principale a eu pour cadre le Théâtre national, en présence notamment du Premier ministre Andrej Babiš, de ses homologues du groupe de Visegrád, et du président du Bundestag allemand.

Au lendemain de la grande manifestation sur l’esplanade de Letná qui a rassemblé plus de 250 000 personnes qui ont réclamé sa démission, Andrej Babiš a tenu un discours dans lequel il a déclaré que le courage de Václav Havel sous le communisme et lors de la révolution de velours avait été admirable. Le chef d’un gouvernement qui doit son fonctionnement au soutien du parti communiste, a également regretté son passé d’ancien membre du parti communiste. « Je n’en suis pas fier », a-t-il reconnu, même s’il a de nouveau réfuté les accusations d’ancien collaborateur de la police secrète (StB).

Photo: ČTK/Michal Kamaryt
Dans l’après-midi, quelque 10 000 personnes ont participé au défilé depuis la rue Albertov, lieu de rassemblement des étudiants en 1989, jusqu’à l’Avenue nationale en passant par le quartier de Vyšehrad. Il s’agissait du même parcours que celui emprunté il y a trente ans par les étudiants pragois. Dans la soirée, leur manifestation contre le régime avait été violemment réprimée par la police. Elle avait néanmoins constitué le point de départ de la révolution.

Programmes et éditions spéciaux, les médias tchèques ont réservé une grande place à cet anniversaire commémoré avec beaucoup d’émotion, et ce même si un Tchèque sur trois dans la population actuelle est né après 1989.