Les travaux de restauration du pont Charles commencent

Peu après avoir célébré, le 9 juillet dernier, son 650e anniversaire, le plus vieux et le plus célèbre pont de Prague, le pont Charles, passe entre les mains des restaurateurs. Les travaux qui prendront plus de dix ans viennent juste de débuter, ce lundi...

Lors de la première étape des travaux qui dureront jusqu'à la fin de 2009, on réparera le tablier, le système de canalisation et les isolations, ainsi que l'allège en pierre. La deuxième étape qui prendra huit ans, consistera dans la restauration du revêtement en pierre du pont. Durant toute cette période, le pont, avec sa galerie de statues en plein air, restera accessible au public. En outre, le maire de Prague Pavel Bem pense que les travaux peuvent devenir une attraction pour les visiteurs :

« Nous allons procéder en échiquier, cela veut dire que pendant qu'une partie du pont sera en travaux, les autres resteront accessibles et ce que nous souhaitons, c'est que les travaux ne soient pas un obstacle pour les touristes, mais en revanche une attraction, pour que les Praguois et tout le monde qui passe puisse se familiariser avec les technologies utilisées, pour que ce soit en quelque sorte un show... »

L'objectif des travaux est de trouver un équilibre entre les interventions nécessaires et la protection du pont en tant que monument authentique, il ne s'agit nullement d'en faire un pont en béton moderne, ou une sorte de coulisse, dit Josef Stulc, conservateur de l'Institut national de protection du patrimoine, pour lequel le pont Charles est un monument admirable :

Les inondations de l'an 2002
« Le pont est un ouvrage technique remarquable qui a fait preuve de ses qualités lors des nombreuses inondations qui l'ont frappé, au fil des siècles. L'objectif est donc de préserver son authenticité. »

Les inondations de l'an 2002 ont démontré les grands risques du pont qui, s'ils n'étaient pas réparés, pourraient conduire à un accident pareil à celui de 1890 lorsque deux piliers et trois arches du pont se sont écroulés. Le lit du pont formé de sable n'est pas suffisamment stable et il faut ancrer tous les piliers pour empêcher le risque d'un écroulement. Le deuxième objectif des travaux est de doter le pont d'une hydroisolation parfaite. Le jury composé d'experts examinera dans quelle mesure il sera possible de restaurer les pierres et dans quelle mesure il sera nécessaire de les remplacer. Selon Josef Stulc, ce sera un combat pour chaque pierre, car le pont est aussi une oeuvre d'art à la valeur exceptionnelle :

« Nous le devons à l'empereur Charles IV qui a réalisé que Prague avait besoin d'un nouveau pont en pierre à la place de l'ancien pont Judith et il a eu un bâtisseur de génie, Pierre Parler, à qui l'on doit aussi la cathédrale Saint-Guy. Grâce à lui, le pont a des proportions particulièrement belles qui font de lui un chef-d'oeuvre architectural. »

Le pont devrait recevoir un nouvel éclairage, au gaz, qu'il avait déjà dans les années 1870 et qui devrait lui conférer un aspect plus romantique encore.