L’état de santé du président complique les négociations post-électorales

Miloš Zeman

Samedi tard dans la soirée, l’Institut tchèque des statistiques a publié les résultats définitifs des élections législatives tchèques.

Andrej Babiš | Photo: Michal Kamaryt,  ČTK

Elles ont été remportées par la coalition de centre-droit SPOLU (Ensemble), composée de trois partis (ODS, TOP 09, chrétiens-démocrates du KDU-ČSL) qui a recueilli 27,79% des suffrages et 71 mandats à la chambre basse du Parlement.

Le mouvement ANO du Premier ministre sortant Andrej Babiš arrive en deuxième position avec un score de 27,12%. Il aura pourtant plus de députés dans la chambre renouvelée : 72.

La coalition libérale formée du Parti pirate et du Mouvement des maires et indépendants STAN arrive en troisième position (15,62% et 37 mandats).

Tomio Okamura et Radim Fiala  (SPD) | Photo: Michal Krumphanzl,  ČTK

Le parti d’extrême-droite SPD (9,56% et 20 mandats) est la dernière formation politique à avoir accédé à la Chambre des députés, laissant derrière elle notamment les sociaux-démocrates et les communistes qui n’ont pas franchi la barre des 5% des suffrages.

Les deux alliances des partis d’opposition (SPOLU et Pirates+STAN) disposeront donc d’une majorité à la Chambre des députés (108 sièges sur 200). Samedi soir déjà, les deux coalitions se sont engagées de mener des négociations post-électorales ensemble, sans la participation d’autres partis. Elles entendent former un gouvernement majoritaire et demandent au président de la République de charger le leader de la coalition SPOLU, Petr Fiala, de la formation de celui-ci.

Miloš Zeman | Photo: Khalil Baalbaki,  ČRo

Pour sa part, le mouvement ANO a indiqué être prêt à mener les négociations avec tous les partis représentés à la Chambre, à l’exception du Parti pirate.

La formation du cabinet s’avère cependant compliquée en raison de l’hospitalisation du président de la République qui joue un rôle clé dans les négociations : selon la Constitution, c’est lui doit nommer le nouveau gouvernement et son chef.

Ce dimanche, avant son admission à l'hôpital, le président Zeman a rencontré le Premier ministre sortant Andrej Babiš, sans toutefois le charger de former une nouvelle coalition gouvernementale.

En relation