L'Europe à propos de la révolte des journalistes tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

Ce n'est plus seulement en Tchéquie que l'on discute de la situation dramatique à la Télévision tchèque. Magdalena Segertova a retenu quelques réactions des médias étrangers à ce conflit qui bouleverse actuellement la scène médiatique et politique locale.

Les premiers jours de la révolte des employés de la télévision contre leurs nouveaux chefs, l'Europe ne s'est contentée que de l'information pure et concise sur ce conflit de pouvoir. Après cette période d'attente, d'observation et de somnolence de Noël, les médias étrangers commencent à commenter à haute voix la situation. Les journalistes de l'organisation internationale non gouvernementale, Reporteurs sans frontières, ont été parmi les premiers à réagir. Selon eux, ce sont justement les journalistes qui sont les plus compétents pour juger, si l'objectivité et la liberté d'information sont menacées en Tchéquie. Les protestations des journalistes tchèques contre l'influence politique supposée sur la télévision mérite, d'après le représentant des Reporteurs sans frontières Jean-Christophe Menet, d'être prises en considération. On ne peut décidément pas faire taire la critique sous menace de violence, affirment les collègues étrangers des révoltés tchèques...

Les journalistes contestataires ont trouvé un large soutien dans les pays de l'ancien bloc soviétique, où les médias doivent, aussi, faire face aux interventions de l'Etat dans leur travail. Il s'agit, par exemple, de la chaîne privée russe NTV, actuellement en état de guerre avec le Kremlin. En Slovaquie, de nombreux journalistes, personnalités importantes de la vie politique et de la culture, sympathisent également avec les journalistes tchèques désobéissants et organisent une campagne de signatures. "Les partis politiques font avec les médias publics ce qu'ils veulent, en Tchéquie, mais aussi en Slovaquie ou en Hongrie", a dit Eugen Korda, reporteur de la chaîne privée tchèque TV Nova en Slovaquie.

Le service d'information britannique, la BBC, ainsi que la chaîne de télévision européenne, Euronews, soulignent les propos récents du Président tchèque Vaclav Havel qui se range du côté des journalistes rebelles. D'ailleurs, le chef de l'Etat vient d'enregistrer avec ces derniers son discours du Nouvel An. Seulement personne ne sait, pour l'instant, si les téléspectateurs pourront le voir ou pas et sur quelle chaîne.

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture