L'offensive américaine en 1945 et « la mission Velichovky »

La mission Velichovky, photo: ČT / Hledání ztraceného času

Il y a 69 ans de cela, en avril 1945, la 3e armée américaine lançait son offensive en Bohême de l'Ouest. Après avoir libéré plusieurs grandes villes de la région, les corps commandés par le général George Smith Patton se sont arrêtés à Rokycany près de Plzeň, où passait la ligne de démarcation fixée par une convention politique entre les commandements américain et soviétique. Bien que continuer au-delà était interdit à l’armée américaine, certaines divisions ont quand même franchi la limite lors d'une mission qui, le 8 mai, les a conduites à Velichovky, petite ville thermale de Bohême de l’Est dans laquelle était stationné le Groupe d'armées Centre du général nazi Schörner.

L'armée américaine en Bohême, 1945, photo: ČT
Durant les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, la tâche de libérer la Bohême de l'Ouest incombe à la 3e armée américaine commandée par le légendaire George Smith Patton. Le premier contact des troupes américaines avec le territoire tchèque a lieu le 18 avril 1945 près de la ville d'Aš, dans l'extrême ouest du pays. Dès le 20 avril, Aš est la première ville libérée. Elle est suivie de Cheb cinq jours plus tard. Pour des raisons politiques, l'offensive américaine est ensuite stoppée par le commandant des forces alliées en Europe, le général Eisenhower. En effet, un premier accord relatif aux sphères d'opération empêche les Américains de progresser vers l'intérieur du pays.

Il faut attendre le 30 avril pour que le chef d'état-major général de l'Armée soviétique, Alexeї Antonov, accepte la proposition d’Eisenhower d'avancer la ligne de démarcation qui passe dorénavant par les villes de Karlovy Vary, Plzeň et České Budějovice. Le général américain est convaincu de la nécessité de protéger les divisions américaines lors de leur déplacement depuis l’Allemagne vers l'Autriche et la Bohême de l'Ouest, où une forte résistance allemande était attendue. C’est ce qu’explique Tomáš Jakl, de l'Institut d'histoire militaire :

« L’importance militaire de cette opération était d'assurer sur leur aile gauche la protection des corps d'armées américains qui progressaient à travers la Bavière vers l'Autriche et le sud de la Bohême en cas de contre-attaque des troupes allemandes stationnées dans le protectorat de Bohême-Moravie. Fort de 600 000 hommes commandés par le général nazi fanatique Schörner, le groupe d'armées Centre opérait alors à l'intérieur du pays. L’autre point important de cette opération était l'aide apportée par l'armée américaine aux insurgés en Bohême de l'Ouest et dans l'épuration de la région des troupes allemandes. »

L'offensive de la 3e armée du général Patton permet de libérer les villes de Tachov, Domažlice, Klatovy, Písek, Vimperk et Strakonice. Dans la nuit du 5 au 6 mai, les divisions américaines progressent jusqu'à Plzeň, où, la veille, une insurrection a éclaté, initiée par les ouvriers des usines Škoda, cible de plusieurs raids aériens entre l'été 1943 et avril 1945. Après la principale ville de Bohême de l'Ouest, la 3e armée américaine libère encore les villes de Sokolov, Horní Slavkov, Konstantinovy Lazně, et Loket.

Le général Patton à Plzeň
A la question de savoir pourquoi il n'a pas continué jusqu’à Prague insurgée, le général Patton écrit dans ses Mémoires que c'est parce qu'il avait reçu l'ordre de ne pas occuper la capitale. Prague devait être libérée par les Russes : « Le 6 mai, il a été définitivement stipulé que la ligne de démarcation ne serait pas franchie, sauf sur un périmètre de cinq miles, la distance indispensable pour effectuer les reconnaissances de terrain. C’est une décision que j'ai beaucoup regrettée, car, à mon avis, il fallait progresser jusqu'aux rives de la Vltava, et si cela n’avait pas plu aux Russes, les envoyer au diable »écrit Patton dans ses Mémoires.

Les Américains se sont pourtant rendus jusqu’à Prague. Deux missions de gardes avancées ont sondé le terrain dans la capitale tchèque et négocié avec les Allemands leur capitulation. Le 7 mai, un convoi de véhicules blindés américains prend depuis Plzeň la direction de Prague. Le soir, Carl Dowd, commandant du convoi de la 23e escadre de reconnaissance, rencontre dans un abri souterrain le général Karel Kutlvašr, commandant de l'insurrection de Prague. Cette escale entre dans le cadre de la mission appelée Velichovky, du nom d'une station thermale en Bohême de l’Est. Son destinataire est le maréchal nazi Ferdinand Schörner, commandant du groupe d'armées Centre qui, le 26 avril, a reçu à Velichovky le protecteur du Reich Frank, et n'a pas encore rendu les armes, refusant de reconnaître la capitulation allemande signée à Prague par le général Toussaint le 8 mai 1945. Spécialiste de l'histoire de Velichovky, Josef Dostálek précise :

La mission Velichovky, photo: ČT / Hledání ztraceného času
« Le dimanche 15 avril 1945, l'état-major général des armées Centre commandées par le maréchal Schörner s'installe à Velichovky. Avec lui prend position une armée forte de plus de 900 000 hommes, disposant d'environ 9 400 canons et lance-bombes, de plus de 2 400 chars et de 1 000 avions. »

A Velichovky, Schörner se loge dans l'appartement de l'ancien directeur des bains et un abri anti-aérien est spécialement aménagé pour lui. Les derniers jours de la guerre, Velichovky devient le théâtre d'un événement qui s’inscrira dans les manuels d'histoire. C'est à Velichovky, à 200 kilomètres de la ligne de démarcation, sur un territoire toujours contrôlé par les nazis, que le convoi de véhicules blindés américains arrive de Plzeň, le 7 mai 1945. Son objectif est de transmettre au maréchal Schörner les conditions de capitulation, raconte Josef Dostálek :

La mission Velichovky, photo: ČT / Hledání ztraceného času
« Le 7 mai, un convoi composé de cinq véhicules M8 et d’une jeep au drapeau blanc arrive à Velichovky. Il y amène Wilhelm Mayer-Detring, l'envoyé spécial de l'amiral Karl Dönitz qu’Hitler, après son suicide, le 30 avril à Berlin, désigne comme son successeur à la tête du Troisième Reich. La tâche de Mayer-Detring est de transmettre à Schörner le texte de la capitulation des armées allemandes. »

Le convoi arrive à Velichovky dans la matinée du 8 mai après un voyage mouvementé sur un territoire théâtre des ultimes combats. La mission est couronnée de succès, comme l'observe Josef Dostálek :

« Après une brève rencontre, Schörner quitte Velichovky le 8 mai avant midi. Les véhicules blindés américains traversent la ville, salués par la population. Un avion avec à son bord l'état-major général des armées allemandes Centre décolle de Velichovky pour Žatec. Peu de temps après, les Américains quittent eux-aussi Velichovky et retournent à Plzeň. »

La mission Velichovky, photo: ČT / Hledání ztraceného času
En 1997, un monument a été érigé dans un parc de Velichovky pour commémorer l'événement. Chaque année, le 8 mai, un convoi de véhicules historiques effectue le trajet entre Plzeň et Velichovky pour reconstituer la mission. Velichovky figure parmi les dernières villes libérées : l'Armée rouge y arrive en provenance de la Pologne le 11 mai 1945.

Quant au libérateur de la Bohême de l'Ouest, le légendaire général Patton mort dans un accident de voiture le 21 décembre 1945 et inhumé dans le cimetière militaire de Hamm au Luxembourg, un monument en son honneur sera dévoilé à Plzeň en mai 2015 lors des célébrations du 70e anniversaire de son offensive victorieuse en Bohême.

10
50.355114400000
15.845683200000
default
50.355114400000
15.845683200000