Merci d'avoir été si nombreux à nous écrire ...

Les cartes et les courriels que vous nous envoyez des endroits où vous passez vos vacances, mais aussi vos réactions aux résultats du Concours de Radio Prague, tels sont les thèmes qui prédominent dans le courrier que nous recevons ces derniers temps de votre part. Merci à toutes et à tous qui nous écoutent et pensent à nous même pendant les vacances et dont la sympathie pour Radio Prague les pousse à nous écrire. Voici quelques passages que nous avons choisis dans vos lettres et vos courriels.

Tout d'abord plusieurs réactions de votre part aux résultats du concours de Radio Prague :«Je suis Giovanni Sergi, lisons nous dans un récent courriel, un auditeur italien, heureux d'avoir participé à votre concours consacré cette année au cinéma tchèque et gagné une magnifique et très utile valise avec le logo Radio Prague. J'espère participer à votre concours aussi l'année prochaine. »

Nous avons fait plaisir, paraît-il, aussi à Mme Chantal Cotillon de France. « Quelle joie d'entendre, samedi soir, que je faisais partie des gagnants de votre concours, nous écrit-elle. Ma surprise et ma joie furent aussi grandes quand j'ai découvert dans la boite aux lettres, lundi, ce très beau sac de voyage. Je vous envoie par la grâce de la toile mes remerciements les plus chaleureux. »

Nous avons également des auditeurs en Afrique. Un étudiant africain nous a écrit de très loin : « Chers amis de la radio, je suis Migan Achille, un de vos auditeurs de la Côte d'Ivoire, apprenons-nous dans sa lettre. Je ne vous écris plus depuis un moment à cause du bac que je devrais passer. J'ai fini la composition et je pourrais maintenant vous suivre à merveille. »

« Je vous remercie chaleureusement pour le T-short et le livre que vous m'avez envoyés, lisons-nous dans la missive de Sofia Mellari d'Algérie. J'ai été contente de ce cadeau et j'espère que ce sera pour la prochaine fois. Je vous passe le grand bonjour de Constantine. »


Certains auditeurs découvrent les attaches qui les lient avec la République tchèque : « Mon grand père Rodolphe Harok est né en 1900 à Ostrava. Il est mort avant ma naissance, mais je garde une envie profonde de connaître son pays et mes origines, nous écrit Mme Joëlle Granger de France et elle poursuit : Mon grand-père est venu en France dans les années 20 à Lens dans le nord puis à Cransac en Aveyron comme mineur. J'aimerai visiter sa ville et en savoir plus long sur son enfance. J'ai perdu ma mère (sa fille) à 15ans aussi elle n'a pas trop eu le temps de me raconter! J'ai 43 ans, je suis enseignante en lycée agricole et mon conjoint est agriculteur. J'ai un fils de 10 ans (qui s'intéresse à votre pays par l'intermédiaire du foot!) »

«Je viens à l'instant de recevoir votre sublime cadeau-souvenir, qui m'a fait un énorme plaisir ! Je vous remercie donc très chaleureusement pour cette petite radio au design exceptionnel ! Merci beaucoup, » lisons nous dans la lettre de M. Anthony Löser de France. « Je profite de cet écrit, poursuit-il, pour réagir à l'une de vos émissions, durant laquelle vous nous avez expliqué que sur l'esplanade de Letná, il est prévu d'y construire un aquarium géant qui pourrait attirer de nombreux touristes. Bien sûr, je ne suis pas Pragois, mais malgré tout je suis très attristé et même irrité par cette nouvelle. Moi qui aime tant me promener dans ce parc de Letná, qui est une oasis de verdure de laquelle on a un panorama magnifique sur Prague ... Eh bien nous autres promeneurs en quête de tranquillité seront dans le futur peut-être "dérangés" par les innombrables touristes qui délaissaient jusqu'à présent ce parc et qui s'empresseront vers le Métronome afin de voir ce fameux aquarium ... Espérons donc que les Pragois manifesteront leur mécontentement face à ce projet qui risque de défigurer une partie de votre si belle capitale. En revanche, dans le journal "Blesk", ils ont fait part dernièrement d'un projet qui, celui-ci, me semble bien plus intéressant. Sur la colline de Vítkov, dans le quartier de Zizkov, il est prévu de rénover la statue de Jan Zizka et, peut-être d'ouvrir une galerie d'art à l'intérieur du Mémorial national, dans lequel reposa, un temps, la "momie" de Klement Gottwald. Ce projet permettra peut-être de redonner vie à cet endroit de promenade quelque peu déserté, voire un peu lugubre le soir, duquel il y a, tout comme à Letná, une vue exceptionnelle sur la ville. Bref, j'espère que les promoteurs et autres politiques auront un oeil vigilant sur le développement de Prague afin que la ville garde sa magie et son aura si particulières. »


Nous devons citer également quelques passages de l'intéressante lettre reçue de la part de Frédérique et Hervé Brien de France : « Ce courriel marque la fin de nos vacances pendant lesquelles nous vous avons écouté avec beaucoup de plaisir et dans d'excellentes conditions depuis l'Espagne, l'Andorre et bien sur la France, mais pendant lesquelles nous avons peu écrit à part la carte postale que nous vous envoyée depuis l'Andorre et qui nous espérons est bien arrivée. En Andorre nous sommes passés devant les installations de Radio Andorre, station commerciale qui a cessé d'émettre en 1981 mais qui possède encore une magnifique antenne. N'ayant pas participé au grand concours de Radio Prague cette année, nous voudrions bien évidemment féliciter tous les participants et particulièrement l'auditrice croate qui a remporté ce concours et nous attendons avec impatience celui de l'année prochaine. Nous n'avons pas beaucoup de réactions ou de questions en complément aux informations que vous avez données. Cependant, une information a été diffusée en France mais il ne nous semble pas que vous en ayez parlée : il s'agit de Mehdi Ben Barka, célèbre leader de l'opposition marocaine exilé en France, qui aurait été selon des archives secrètes, un espion de la Tchécoslovaquie à partir de 1961. Ces révélations ont elles été publiées en République Tchèque et pouvez vous nous en dire plus ?"

Dans les années soixante Mehdi Ben Barka était connu comme le leader de l'opposition marocaine et du mouvement tiers-mondiste mais il est devenu universellement connu après son enlèvement en 1966. Malgré l'existence des témoignages selon lesquels il aurait été enlevé au Maroc et soumis à des interrogatoires brutaux auxquels il n'aurait pas survécu, l'affaire Ben Barka n'a jamais été complètement élucidée. Elle a pourtant longtemps gelé les relations franco-marocaines.

Au début des années 1960 Ben Barka s'est rendu onze fois en Tchécoslovaquie et au cours d'une de ces visites il s'est engagé à collaborer avec la StB, police politique du régime communiste. Récemment, le journaliste et historien Petr Zidek a découvert le dossier Ben Barka dans les archives des services de renseignement tchèques. Le dossier retrace la période de collaboration de Ben Barka avec la StB, période qui a duré cinq ans. Sous le nom de code Cheikh il donnait à la police politique, pour citer une note adressée par le chef de renseignement extérieur au ministère de l'Intérieur, « des informations et des documents intéressants ».

Selon Petr Zidek le dossier donne une nouvelle image de cet homme présenté souvent comme une victime innocente des services secrets marocains, français, américains etc. et démontre que Ben Barka était moins innocent qu'on ne pensait. Et Petr Zidek d'en déduire que les contacts de Ben Barka n'étaient sans doute pas ignorés par des services français et marocains et étaient probablement une des raisons de son élimination. Les recherches sur le dossier Ben Barka ont été publiées dans le magazine L'Express en France et dans le journal Lidove noviny en République tchèque. Radio Prague a présenté les 12 et 13 juillet dernier un entretien d'Alexis Rosenzweig avec le journaliste Petr Zidek consacré à ces révélations. Vous pouvez le retrouver sur le site de Radio Prague :www.radio.cz/fr/article/93324.


Et c'est tout pour aujourd'hui. Merci à toutes et à tous qui nous écoutent. Merci à toutes et à tous qui nous écrivent. Passez de belles vacances et si vous en avez l'occasion, écoutez Radio Prague. A bientôt sur nos ondes !