Moins de touristes américains à Prague au mois de septembre

r_2100x1400_radio_praha.png

Le ministère américain des Affaires étrangères vient de recommander aux citoyens des Etats-Unis, de ne pas se rendre à Prague, en septembre, pendant la réunion du F.M.I. et de la Banque mondiale. Les réactions tchèques... Un sujet présenté par Alain Slivinsky.

Il semble vraiment que les autorités américaines ne soient pas persuadées que la réunion du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, en septembre, à Prague, se déroulera sans problème. Il est vrai que les Etats-Unis possèdent l'expérience dans ce domaine, avec les troubles qui avaient eu lieu à Seattle. Pour cela, leur ministère des Affaires étrangères a publié une déclaration, mercredi. Il y est dit : « Les Américains devraient faire preuve de bon sens et réfléchir à la réalisation de leurs voyages éventuels à Prague, dans la seconde moitié du mois de septembre ». Les autorités tchèques n'ont rien contre cette mise en garde. Le porte-parole du ministère tchèque des Affaires étrangères, Ales Pospisil, vient de déclarer : « Pour nous, c'est un simple conseil aux touristes, et nous le soutenons. Moi-même, je choisirais une autre date pour la visite d'une ville où a lieu la réunion du F.M.I. et de la B.M." Selon la presse, les autorités tchèques attendent, en septembre, dans les 20 000 participants à la session des deux grandes institutions économiques mondiales. Elles attendent aussi à peu près le même nombre d'opposants à la mondialisation. Certains activistes ne cachent pas que la violence pourrait éclater à Prague pendant la réunion, que la capitale tchèque pourrait devenir un second Seattle. Rappelons que dans cette ville de la côte ouest des Etats-Unis, les autorités avaient été obligées de décréter le couvre-feu, pendant la session de l'Organisation mondiale du commerce. Le ministère tchèque de l'Intérieur, ne pense pas que les autorités américaines, par la recommandation à leurs citoyens de ne pas venir à Prague en septembre offensent la République ou la police tchèque. Selon Gabriela Bartikova, porte-parole du ministère, les Américains possèdent de riches expériences avec de telles manifestations, qui confirment que le plus important est la prévention. Un grand nombre d'organisations tchèques et étrangères se préparent à protester contre la mondialisation, lors de la réunion des deux institutions économiques à Prague. La plupart affirment que la violence ne sera pas employée. D'autres ne l'excluent pas. En Tchéquie, les organisations qui sont contre la mondialisation se recrutent surtout parmi les forces de gauche. Le parti communiste, son président Miroslav Grebenicek, participera à une manifestation le 23 septembre. Il vient de l'annoncer, lors d'une conférence de presse, jeudi. Parmi les autres milieux tchèques, adversaires du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, citons l'association « Stop F.M.I. ! » qui avait organisé des manifestations qui n'étaient pas permises en mai dernier. Cette organisation regroupe l'Union communiste de la jeunesse, ou l'Organisation socialiste des travailleurs, ainsi que d'autres organismes à tendance gauchiste. Un automne chaud en perspective donc, à Prague, dans la seconde moitié du mois de septembre !