Photo: Host/Mirobole Éditions
0:00
/
0:00

Après Božena Němcová dont le roman « Babička » (Grand-mère) a ouvert, en février dernier, notre série sur les livres tchèques incontournables, Bianca Bellová est la deuxième femme écrivaine que nous mettons à l’honneur. En 2017, son roman « Jezero » (Le lac) a décroché le prix littéraire tchèque Magnesia Litera, ainsi que le Prix de littérature de l’Union européenne. Un an plus tard, le roman est paru en France, aux éditions Mirobole, sous le titre « Nami ».

Bianca Bellová, photo: Marta Režová

Bianca Bellová : « Mon roman raconte l’histoire d’un jeune garçon que nous suivons depuis l’âge de trois ans jusqu’à sa majorité. L’histoire est construite autour d’un lac qui se dessèche progressivement et devient toxique. Ce milieu naturel influence d’une manière assez dramatique la vie des habitants de la région. »

« Quand j’écris un roman, l’histoire a toujours plusieurs couches pour que chaque lecteur puisse y retrouver ce qui l’interpelle. Pour certains lecteurs, c’est un roman écologique, pour d’autres, un roman d’initiation, pour d’autres encore, un roman politique sur l’univers post-soviétique. C’est à chacun de choisir. »

'Nami', photo: Host

Née en 1970, Bianca Bellová a des origines tchèques et bulgares. Diplômée de l’Université économique de Prague, elle travaille comme traductrice et interprète depuis l’anglais. Elle vit à Prague avec son mari, le musicien britannique Adrian T. Bell et leurs trois enfants. En 2016, Bianca Bellová a publié « Jezero », son quatrième roman et le premier qui l’a fait connaître du grand public. En tchèque, le livre s’intitule « Le lac », en français, il porte de nom de son héros « Nami ».

Une vie qui commence à la toute fin du monde

Sur la quatrième de couverture de ce bref roman, qui pourrait même être qualifié de nouvelle, on peut lire :

« Un village de pêcheurs situé au bout du monde. Un lac en train de se dessécher et le recul inquiétant de ses rivages. Les hommes ont de la vodka, les femmes ont des tracas, les enfants ont de l'eczéma qu'ils grattouillent. Et Nami ? Nami n'a rien, sauf une mamie aux bras boudinés. Mais il a aussi une vie devant lui, un premier amour qui lui sera arraché par des soldats russes, et tout le reste. »

Photo: Mirobole Éditions

L’auteur amène le lecteur dans un paysage dévasté par une catastrophe écologique. On ne sait pas très bien où et quand se déroule l’histoire, mais on y trouve toutefois des allusions à un pays pauvre, occupé par une armée étrangère. Dans plusieurs entretiens, Bianca Bellová a raconté que l’idée d’écrire « Nami » lui est venue en voyant un photoreportage dans la région de la mer d’Aral, située entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, le plus grand lac du monde a peu à peu perdu son eau et s’est transformé en désert, à cause du détournement de deux grands fleuves qui l’alimentaient et dont l’eau a été utilisée pour la production intensive du coton.

Pour Radio Prague Int., Bianca Bellová a expliqué :

La mer d’Aral, photo: Staecker ,CC0

« Un lecteur érudit reconnaîtra dans mon récit la mer d’Aral, mais moi, je n’ai pas voulu écrire un roman documentaire sur cette région. Je m’en suis seulement inspirée et j’ai tout un peu embrouillé, et le temps et le lieu. Mais il est vrai que quand j’ai vu les photographies de cette région dans le National Geographic, ça a été un déclic pour moi. C’étaient les images des épaves de bateaux au milieu du désert, avec des chameaux qui se reposent dans leur ombre. C’était quelque chose de dystopique, de surréaliste. Ces images ont mobilisé mon inconscient et j’ai commencé à imaginer un petit garçon qui grandirait là-bas. »

« Les bateaux se trouvent à présent si loin du port d’origine que, entre la ligne des hautes eaux et de port d’origine, les enfants se sont aménagé un terrain de football. Comme il est un peu en pente, les balles roulent en direction du lac. Sur ce terrain, on se couvre de poussière et on se coince parfois le pied dans la dure croûte de sédiments. La jetée en béton, couverte d’algues en décomposition, surgit, abandonnée, du sable et de la boue durcis ; des ordures traînent sous les anneaux d’amarrage métalliques. (…)

Nami est allongé dans l’herbe sèche qui domine la jetée en béton, au sommet de la colline où, des années plus tôt, les Russes ont installé une antenne d’émission interplanétaire. A l’époque, il était encore évident qu’ils s’envoleraient pour d’autres planètes, qu’ils les coloniseraient et se lieraient même peut-être avec des extraterrestres hommes et femmes ; Nami avait appris ça à l’école, mais ses professeurs ont peu à peu cessé d’en parler. Le socle en béton porte des symboles fort intelligibles d’organes génitaux, tracés à la peinture, et la gigantesque antenne parabolique penche chaque année un peu plus vers le terrain comme un tournesol qui se fane. »

(Traduit par Christine Laferrière)

Ecrit dans un style sobre, dans une langue tantôt poétique et tantôt crue, « Nami » est un roman fort et saisissant. L'histoire d’un garçon qui, selon l’écrivaine, « vit dans un monde qui se désagrège, dans une communauté plutôt traditionnelle confrontée à un régime agressif, imposé de l’extérieur. » Toujours selon Bianca Bellová, « le garçon s’interroge sur la façon dont il faut aborder ce monde rude, en désintégration. »

Photo: Host

« Nami », une légende moderne parue dans dix-sept pays

'Nami', photo: Host

Nami vit avec ses grands-parents pauvres. Apparemment, il n’a plus rien à perdre, mais la vie lui prépare encore bien des épreuves. Ses proches trouvent la mort dans les eaux du lac, le nouveau locataire le chasse de sa maison, la jeune fille qu’il aime est violée par des soldats russes. Il ne lui reste rien sauf l’espoir de retrouver sa mère, cette femme qu’il n’a vue qu’une fois dans sa petite enfance et qu’il ne peut pas oublier. Il quitte donc son village et part à la recherche de sa mère dans la capitale pour y vivre d’autres épreuves et d’autres déceptions.

Bianca Bellová, photo: Jan Trnka, Archives de Bianca Bellová

Le pèlerinage de Nami n’est pas sans rappeler les mythes antiques. C’est une sorte de légende très contemporaine, l’histoire d’un garçon courageux et obstiné qui a conquis les lecteurs dans dix-sept pays, comme nous le raconte son auteure :

« Je ne suis pas une écrivaine mainstream, mes livres ne se vendent pas à des centaines de milliers d’exemplaires. Comme j’écris pour un lectorat plutôt restreint, les récompenses que j’ai reçues m’ont permis de m’adresser à un public plus large. Grâce au prix européen, j’ai pu être traduite dans d’autres langues, car c’est une récompense qui propulse ses lauréats à l’international et permet de financer les traductions de leurs œuvres. »

Bianca Bellová à Riga, Lettonie, photo: L’Ambassade tchèque à Riga/MZV

« J’ai été surprise par l’accueil très favorable du roman ‘Nami’ en Pologne et en Italie, ainsi qu’en Espagne. Je crois que ma perception du monde est très proche de celle des Espagnols. De manière générale, je dirais que les lecteurs tchèques sont plus critiques, ils cherchent dans les textes littéraires ce qui ne leur plaît pas. Je n’ai pas vu cette attitude chez les Polonais, les Italiens et les Espagnols. Eux, ils se laissent emporter par l’histoire, ils la savourent, ce qui est beaucoup plus agréable pour son auteur. »

« En ce qui concerne les pays de l’ex-URSS, mon roman n’a pas encore été publié en russe. En revanche, il a été traduit en letton et il vient de paraître en Lituanie. En Lettonie, les lecteurs se sont beaucoup retrouvés dans cette histoire, nous avons une expérience commune. »

Enfin, l’avis d’un lecteur sur ce roman comparé par la critique tchèque à « L’oiseau bariolé » de Jerzy Kosinski. Le musicien Jan P. Muchow a écrit :

Jan P. Muchow, photo: Ian Willoughby

« Il arrive, rarement, qu’en ouvrant un nouveau livre, vous vous apercevez, au bout de quelques pages, que vous tenez entre les mains une œuvre exceptionnelle. C’est le cas de ‘Jezero’. Un cas assez bouleversant en fait. Et puis, au fil de l’histoire, on se rend compte que le livre est encore meilleur qu’au début. Et encore plus bouleversant. »

Auteurs: Magdalena Hrozínková , Václav Richter , Tomáš Pancíř
mot-clé: