Olympique, 2016 sera aussi l’année Zátopek

Photo: Prostor

2016 en République tchèque ne sera pas une année exceptionnelle seulement pour les amateurs d’histoire avec les nombreuses manifestations qui accompagneront le 700e anniversaire de la naissance de Charles IV. Elle le sera aussi pour les amateurs de sport avec la tenue notamment, en l’espace de seulement quelques mois, d’abord de la phase finale du championnat d’Europe de football en France puis des Jeux olympiques à Rio. Pour le Comité olympique tchèque (ČOV), ces Jeux et cette année 2016 sont aussi l’occasion de rendre hommage au plus grand sportif tchèque de l’histoire, un certain Emil Zátopek.

Photo: Prostor
Une biographie intitulée « Emil běžec » (littéralement « Emil coureur » en français) est en vente dans les librairies tchèques depuis la fin du mois de novembre dernier. Publié sur l’initiative du ČOV, ce livre, le premier du genre jamais consacré à l’ancien quadruple champion olympique, revient non seulement sur la carrière sportive mais aussi sur l’ensemble de la vie de Zátopek, et plus particulièrement son engagement politique controversé d’abord au sommet de sa carrière à la fin des années 1940 et au début des années 1950, peu après la prise du pouvoir par le régime communiste en Tchécoslovaquie, puis plus tard, en 1968, au moment de l’écrasement du Printemps de Prague par l’armée soviétique. Autant de chapitres, parmi bien d’autres encore, que nombre de lecteurs du livre, dont le contenu n’est en rien comparable à la biographie romancée « Courir » de Jean Echenoz parue en France en 2008 aux éditions de Minuit, connaissent mal, voire peu ou pas. Auteur de cet ouvrage long de quelque 284 pages dans sa version tchèque, l’écrivain Pavel Kosatík, spécialiste des biographies de quelques-unes des grandes figures de l’histoire contemporaine tchèque, estime qu’Emil Zátopek, soixante ans après son dernier marathon olympique à Melbourne, est quelque peu tombé dans l’oubli dans son pays :

Pavel Kosatík,  photo: David Vaughan
« Je ne sais pas bien dans quelle mesure les gens connaissent son histoire. D’accord, le nom de Zátopek évoque toujours quelque chose pour tout le monde ou pratiquement tout le monde, même si j’en suis déjà nettement moins convaincu pour les jeunes générations. Mais si les gens savent qu’il a été un célèbre sportif, et peut-être même un grand coureur de fond, peut-on affirmer pour autant qu’ils connaissent Zátopek ? Combien parmi eux savent quel triplé il a réalisé ? A quels Jeux ? En quelle année ? Dans quelles conditions et dans quel contexte historique et politique il a réalisé ses exploits ? Franchement, je ne suis pas certain qu’ils soient si nombreux. En écrivant mon livre, je me suis même rendu compte que Zátopek était souvent plus connu et reconnu parmi les coureurs à l’étranger qu’ici en République tchèque. »

Selon Pavel Kosatík, « Emil běžec » n'est pas seulement la biographie de l’un des meilleurs coureurs de fond de l’histoire, celui qui reste le seul et unique athlète à avoir remporté le 5 000, le 10 000 mètres et le marathon lors d'une même olympiade, à Helsinki en 1952. Car Zátopek, comme la non moins légendaire gymnaste Věra Čáslavská dont Pavel Kosatík a également rédigé la biographie, était bien plus qu’un simple sportif :

Emil Zátopek | Photo: Roger & Renate Rössing,  Deutsche Fotothek,  CC BY-SA 3.0 Germany+
« C’est bien sûr un livre que liront d’abord les amateurs de course à pied. Mais j’ai voulu aller au-delà de cet aspect. C’est un livre sur un homme qui doit sa réussite dans ce qu’il a entrepris à son énorme volonté, à une énergie hors du commun. C’était sa nature, son caractère. Je pense qu’il peut être une source d’inspiration même pour ceux qui n’ont jamais foulé une piste d’athlétisme de leur vie. »

Ce n’est pas tout. Tandis que la sortie d’un film consacré à Zátopek est prévue pour 2017, toujours dans le domaine littéraire, une bande dessinée sera publiée au printemps prochain, quelques mois avant l’ouverture des JO. Ces Jeux de Rio constituent une opportunité pour le ČOV de mettre l’accent sur l’importance que conservent les exploits de celui qui est surnommé « la locomotive tchèque » un peu partout dans le monde. C’est ainsi qu'un petit bonhomme qui court poursuivi par une femme tenant un javelot à bout de bras, célèbre petit dessin qui accompagnait la signature de Zátopek, figurera sur les vêtements et tenues de tous les sportifs tchèques participant aux Jeux l’été prochain au Brésil. Une idée qui n’est pas pour déplaire à Dana Zátopková. A 93 ans, l’épouse d’Emil, elle-même championne olympique du lancer du javelot en 1952 le même jour que son mari, est même très enthousiaste :

Source: ČOV
« J’ai été surprise, mais je suis surtout très heureuse que les plus jeunes générations puissent elles aussi apprendre qui était Emil et quelle a été sa vie à travers ce projet. Je trouve que le logo est très réussi. On voit bien que c’est un coureur et il a le nez entre les yeux et au milieu de la figure. Quand j’y repense, après les événements de 1968, nous nous étions dit avec Emil que nous finirions tous les deux oubliés mais heureux au fond d’un tiroir. Depuis, bien du temps a passé… »

Championne olympique en titre du skiff, la rameuse Miroslava Topinková-Knapková fera très probablement partie des athlètes tchèques qui porteront le fameux logo à Rio. Et elle aussi reconnaît que cette perspective n’est pas pour lui déplaire :

« C’est comme un lien avec l’histoire, un symbole. Je pense que nous serons tous fiers de porter ces équipements avec ce logo. Cela nous rappelle non seulement que d’autres avant nous ont obtenu de grands succès, mais aussi que nous aussi, même si ce n’est pas la même discipline, faisons et désirons la même chose : décrocher une médaille. »

Enfin, dans les mois à venir, les écoliers tchèques pourront prendre part à un projet mis sur pied lui aussi par le ČOV dans lequel ils apprendront qui était ce fameux Zátopek dont on parle tant cette année. Et sur la base de ce qu’ils auront découvert, ils pourront à leur tour dessiner cet « Emil coureur ». Les dessins les plus réussis, accompagnés de messages d'encouragement, accompagneront ensuite les athlètes tchèques à Rio.