projet

Pâques

Photo: Eva Turečková

Cette année, le dimanche des Rameaux tombe le 4 avril. Comment fête-t-on Pâques en République Tchèque ? Quelles sont les traditions qui ont survécu jusqu’à nos jours ? Vous en saurez plus en consultant ce site.

Même pour des gens laïques, l'atmosphère de ces fêtes a en soi quelque chose d'exceptionnel. Les principaux symboles de Pâques sont omniprésents autour de nous, nous rappelant de leur sens primitif: l'oeuf coloré en tant que symbole de la vie qui se renouvelle sans cesse, l'agneau pascal comme symbole du sacrifice..

Photo: pasja1000/Pixabay,  CC0

Même si l'observation des rites chrétiens accompagnant toute la semaine pascale est plutôt un privilège des Eglises, l'observation des attributs et des coutumes traditionnelles reste toujours assez répandue parmi les Tchèques: surtout à l'intention des enfants, on colore les oeufs, on leur offre de petits cadeaux, on prépare des plats spéciaux... Des figurines d'animaux en chocolat - poussins, levraux et oisons ne doivent pas manquer, tout comme le petit agneau en pâte...

Les Pâques au musée ethnographique de Přerov nad Labem,  photo: Martina Schneibergová

Ceux qui veulent se familiariser avec les coutumes originelles de Pâques - puisque leur image d'aujourd'hui est parfois assez éloignée de l'original -peuvent aller visiter les musées d'art populaire qui ont préparé pour cette occasion des programmes spéciaux. Ainsi, le musée ethnographique de Přerov, en Bohême centrale, offre une exposition illustrant les coutumes maintenues pendant des siècles dans cette région fertile autour de l'Elbe. Mis en place déjà au siècle dernier, lorsque la plus belle chaumière de Polabí y a été installée, le musée a été agrandi de précieux monuments de l'art populaire qui nous informent sur la vie et le travail des paysans.

Photo: Zdeněk Bobčík,  ČRo

Au sujet des coutumes et des symboles de Pâques les plus répandus, il faut dire qu'ils sont maintenus surtout à la campagne. Aussi, arrive-t-il non seulement aux villageois, mais aussi à ceux qui passent les fêtes de Pâques dans leur maison de campagne, que les filles sont visitées, lundi de Pâques, par les garçons, qui les fouettent avec des tresses d'osier, pour obtenir d'elles des oeufs colorés et de la pâtisserie de Pâques. On croit que ces rameaux nouveaux redonneront aux jeunes filles de la force et de la beauté. Certaines fois, le jeu n'en reste pas là et les filles, tout habillées, sont jetées dans l'eau froide des ruisseaux ou des étangs, pour rester fraîches et de ferme santé. On croit que l'eau, à Pâques, a des effets miraculeux.

Photo: Eva Turečková

On croit aussi que l'ornement augmentera la force vitale de l'oeuf offert. A l'origine, les oeufs étaient teints en rouge, couleur de la vie. Depuis, les oeufs sont colorés à l'aide d'innombrables techniques dont la plus fréquente, appelée le batik, consiste dans l'ornement à l'aide de cire d'abeille chaude.

Photo: Štěpánka Budková

A cause de leur force vitale, les oeufs font partie importante de la majorité des plats servis à Pâques. Parmi eux, la traditionnelle brioche pascale, faite avec de la pâte levée, enrichie des raisins secs et des amandes pilées, ne peut pas manquer sur la table. Déjà, sa forme ronde revêt, elle-aussi, la valeur de symbole, celle du Soleil vivifiant qui retourne. Tant qu'il est question de plats, ajoutons encore qu'on a l'habitude, pareillement que pour les fêtes de NoÌl, de servir la carpe. Un autre plat pascal typique, du porc fumé farci aux épinards ou, à la surprise de certains, aux feuilles de lamier préparées à la mode des épinards...

derniers articles