Première réussie pour la Laver Cup à Prague

Foto: ČTK

Tant pis pour les mauvaises langues : la tenue à Prague de la Laver Cup aura finalement été un franc succès. Salle pleine durant trois jours, public enthousiaste, suspense ménagé jusqu’au bout et joueurs donnant le meilleur d’eux-mêmes sur et en dehors du court : la première édition de cette nouvelle compétition avait tout pour plaire. La réussite a été d’autant plus belle que c’est Roger Federer, maître d’œuvre de cette Laver Cup, qui a offert, dimanche, la victoire à l’Europe aux dépends de l’équipe du Monde (15-9).

Roger Federer, photo: ČTK
Les sceptiques étaient relativement nombreux avant le début des premiers simples vendredi après-midi. Ils étaient dubitatifs notamment sur l’intérêt sportif de cette épreuve sans tradition aucune et inspirée de la Rider Cup de golf. Trois jours plus tard, qualité du jeu et investissement personnel et collectif des joueurs aidant, la majorité de ces sceptiques sont repartis de Prague et de son O2 Arena convaincus par la qualité du spectacle proposé et l’intensité des matchs.

Largement favorite, l’Europe s’est logiquement imposée aux dépens de l’équipe du « reste du monde ». Emmenés par un Roger Federer une fois encore irréprochable, les hommes du capitaine Bjorn Borg ont remporté la première Laver Cup de l’histoire :

Bjorn Borg, photo: ČTK
« Cela a été encore mieux que ce que j’avais imaginé. En voyant la joie de tous les joueurs au moment de la remise du trophée, on aurait pu penser qu’ils venaient de remporter un des plus grands matchs de leur carrière. Je dois dire que je me sens un peu comme dans un conte de fées et je suis très heureux que ce soit moi qui aie offert les points de la victoire finale à l’Europe. »

La victoire à l’arraché de Federer contre Nick Kyrgios (4-6, 7-6[6], 11-9) dans le super jeu décisif du dernier simple du week-end après avoir sauvé une balle de match a été le point d’orgue de cette première édition réussie en tous points. Avant cela, samedi soir, l’affrontement avait été marqué par le match de double disputé ensemble par le Suisse et Rafael Nadal. Vainqueurs là aussi dans le super décisif de la paire américaine composée de Sam Querrey et Jack Sock (6-4, 1-6, 10-5), les deux hommes habituellement rivaux étaient ravis de leur collaboration le temps d’un match. Omniprésent dans les médias tout au long de la semaine écoulée, Roger Federer n’était pas peu fier de la bonne idée :

Laver Cup, photo: ČTK
« C’était très plaisant et j’ai pris beaucoup de plaisir. Nous avons bien commencé le match et même si nous avons perdu le deuxième set et que nous adversaires ont très bien joué, nous sommes restés confiants jusqu’au bout, ce qui nous a permis de gagner le super tie-break. L’énergie du public nous a beaucoup aidés. Les deux points que nous avons apportés à l’équipe auront leur importance dans le décompte final. C’était une super expérience de jouer avec Rafael, cela faisait si longtemps que tout le monde en parlait. Que cela puisse se faire à Prague avec toutes ses légendes autour de nous, c’est vraiment fantastique et j’espère que nous reproduirons l’expérience un jour. »

Le discours de l’actuel numéro mondial était à peu de choses près également celui du numéro un, Rafael Nadal :

Rafael Nadal et Roger Federer, photo: ČTK
« C’était une occasion très spéciale dans une compétition très spéciale. Je pense que nous avons répondu aux attentes et avons bien joué dans une formidable ambiance. Pour nous, il était important de bien rentrer dans le match, car tous les yeux étaient rivés sur nous. Et puis nous avions une très bonne équipe en face de nous. Cette énergie très positive nous a fait gagner le super tie-break et au bout du compte, cela restera un moment unique dans nos carrières. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir. »

Côté tchèque, la seule ombre au tableau de ce week-end aura été la performance d’ensemble de son représentant. Aligné à deux reprises en double et dans un match de simple, Tomáš Berdych a subi autant de défaites. Et à l’issue de la compétition, le Tchèque ne cachait pas une déception légitime :

Tomáš Berdych, photo: ČTK
« C’est sûr que mes résultats gâchent un peu ma joie. J’aurais préféré contribuer davantage au succès de l’équipe. D’un autre côté, le contenu de mes matchs est paradoxalement peut-être plutôt rassurant. Je pense même que j’ai plutôt bien joué, malgré les défaites qui sont le plus important et que tout le monde va retenir. Le tennis que je veux jouer se met en place et je pense que c’est plutôt positif pour le reste de la saison. »

La deuxième édition de la Laver Cup l’année prochaine se tiendra à Chicago. Mais Prague, forte des félicitations qui lui ont été adressées pour l’organisation de cette grande première, entend bien accueillir prochainement d’autres grands événements de tennis. Et à en croire le manager Miroslav Černošek, directeur de l’agence Česká sportovní qui a coorganisé la Laver Cup, il pourrait s’agir du Masters féminin dans un proche avenir :

« Nous discutons très concrètement avec la WTA sur le moment où le Masters ne sera plus organisé à Singapour. Nous avons entamé ces discussions en mai dernier les avons intensifiées à l’US Open. Mais c’est une énorme manifestation, très lourde à organiser financièrement. Nous avons besoin du soutien du gouvernement comme de la ville de Prague, et avec les élections législatives qui approchent, ce n’est pas simple. Cela l’est d’autant moins que la WTA souhaite un partenariat de longue durée. Tandis que le Masters s’est tenu pendant trois ans à Istanbul puis à Singapour, la fédération souhaite désormais un accord pour cinq ans minimum. »

Et avouons qu’il s’agit là pour les amateurs de tennis d’une perspective pas moins excitante que la Laver Cup…